CHATEAUROUX CITOYEN

Le dimanche 1er décembre se tenait à Châteauroux, au centre socio-culturel de Vaugirard/Saint-Christophe, la seconde assemblée programmatique de Châteauroux citoyen (la vidéo complète de nos échanges est disponible ci-dessus). L’objectif : terminer de faire la synthèse des 165 propositions pour notre ville déposées au cours des cinq derniers mois sur le site chateaurouxcitoyen.fr depuis son lancement le 26 juin. Un travail que nous avions commencé la semaine précédente en étudiant les propositions concernant les quatre thèmes suivant : Sûreté publique, Emploi, Justice sociale et Démocratie et éthique.

Comme la semaine précédente, nous avons adopté un mode de fonctionnement simple : avancer rapidement sur les propositions faisant consensus en les considérant comme « adoptées » ; débattre des propositions qui suscitaient une opposition et essayer de trancher ou, à défaut, renvoyer la question à une discussion ultérieure alimentée par de nouvelles propositions. Ce mode de fonctionnement nous a permis d’étudier toutes les propositions sur les deux thèmes qui nous restaient à traiter : Écologie et Biens communs.

La synthèse présentée ici ne constitue pas le programme de Châteauroux citoyen. Il s’agit simplement une étape dans son élaboration participative. Pour la transparence de ce travail, nous avons décidé de rendre publiques et lisibles ces discussions, ces débats, et les raisons pour lesquelles nous décidons finalement de mettre en avant telle ou telle proposition.

Pour cette même raison, il est normal que chaque thème ne soit pas couvert de manière exhaustive. Pour les citoyens qui identifieront des manques leur paraissant importants dans chacune des grandes thématiques, nous les invitons à déposer de nouvelles contributions. Nous ferons ensuite bien sûr un chiffrage pour évaluer le coût des mesures et les financer.

Le programme final qui sera porté par Châteauroux citoyen dans l’élection municipale sera sanctionné par un vote de tous ses soutiens.

Écologie :

40 contributions ont été déposées sur la plateforme chateaurouxcitoyen.fr dans la thématique « + d’écologie ». Toutes ces propositions ont été étudiées lors de notre assemblée.

Lors de notre assemblée programmatique concernant les questions écologiques, nous avons parlé de transports en communs, de vélos, d’alimentation, d’aménagement urbain, d’énergies renouvelables, de logement ou encore d’eau pluviale. Au fil de notre discussion, nous avons formulé ou reformulé sous forme de propositions simples et compréhensibles les différents points que nous avons étudié. Nous avons décidé de regrouper l’intégralité de programme écologique sous une règle simple : avec nous, la ville de Châteauroux s’engagera à respecter la « règle verte » : ne pas prendre à la nature plus que ce qu’elle peut reconstituer. De cette règle découle l’intégralité des propositions que nous avons retenues.

Concernant les transports en commun, nous avions reçu un grand nombre de propositions, notamment lors de nos porte-à-porte et assemblées citoyennes de quartier. Nous avons décidé de revoir le séquencement des bus pour les adapter davantage aux usages des habitants, de développer le transport en commun le dimanche en faisant le choix pour ce jour-là de cibler des déplacements liés aux loisirs ou à la culture plutôt qu’à la consommation. Nous avons également eu un consensus pour revoir la taille des bus en fonction des usages : des bus plus petits pour moins polluer lors des horaires où le nombre de personnes transportées est faible, des bus plus importants ou doublés lors des heures de pointe. Enfin, nous avons également émis l’idée de transports plus solidaires avec le reste du département mais sans formuler sur ce point de proposition claire et concrète durant la discussion.

Notre discussion a porté ensuite sur l’usage des vélos. Toutes les propositions étudiées ont fait globalement consensus. Ainsi, tout le monde était d’accord pour que soit appliquée la loi qui permet aux vélos de circuler en sens contraire des voies à sens unique en zone 30. De même, la rénovation et l’augmentation du nombre des pistes cyclables faisait consensus, tout comme l’installation de zones de stationnement sécurisées pour les vélos. Nous avons également convenu du fait que toute nouvelle route ou toute rénovation de route devait penser d’abord aux déplacements piétons et à vélos dans son aménagement ou ré-aménagement. Une proposition a fait débat concernant l’installation de vélos avec des bornes en libre-service car certains préféraient plutôt que la mairie propose un système de location de vélos ; nous sommes finalement arrivés à un consensus sur ce point en décidant l’installation de bornes libre-service après une large consultation de la population pour déterminer les zones d’installation de ces bornes en fonction des besoins. L’objectif de gérer ce système en régie municipale a été proposé. Globalement, nous avons décidé de regrouper les propositions concernant les vélos et les transports sous la règle suivante : développer un schéma de circulation douce qui priorise les déplacements sans voiture.

On peut regrouper plusieurs points de notre discussion concernant le bâti, le foncier et les énergies renouvelables. Nous avons ainsi décidé de faire de Châteauroux une ville en pointe sur le bâti écologique en s’imposant que tout nouvel équipement municipal soit équipé d’énergies renouvelables. De même, nous pensons que la mairie doit donner son appui pour rénover le bâti existant et permettre que toute nouvelle construction soit bâtie aux normes écologiques et environnementales. Concernant l’éclairage public, le consensus s’est fait autour de l’idée d’un éclairage à basse consommation (type LED) dirigé uniquement vers le sol avec détecteur de mouvement pour éclairer davantage quand des piétons sont présents (avec donc également des impacts positifs en terme de sécurité routière). Nous avons également décidé de poursuivre la politique d’acquisition foncière par la municipalité pour permettre une maîtrise du foncier en le liant à des objectifs écologiques et empêcher la spéculation. Enfin, nous avons décidé de valoriser et rénover les équipements écologiques existants comme la géothermie à Saint-Jean.

Nous avons également traité de nombreuses propositions concernant le traitement des déchets. Nos « cleanwalk » nous ayant marqué concernant la question des mégots, nous étions d’accord pour installer des collecteurs dédiés et lancer une campagne municipale d’information citoyenne sur ce qu’ils représentent en terme de traitement. De même, nous avons décidé d’ajouter aux missions du SYTOM (syndicat de traitement des ordures ménagères) la mission de traiter spécifiquement ces déchets, mais aussi de mettre en place une « ressourcerie » pour permettre une valorisation des déchets par le « tiers secteur », c’est à dire des activité économiques à vocation sociales (associations, économie sociale et solidaire, etc.). Nous avons également prévu de faire une information spécifique concernant le traitement des déchets à destination des restaurateurs et des grandes surfaces, mais aussi d’améliorer l’information des citoyens concernant la question du tri.

Beaucoup de propositions concernaient les questions d’alimentation et d’agriculture. Nous avons décidé de proposer une alternative végétarienne tous les jours dans les repas fournis par la cantine municipale et de permettre une information dans les écoles sur les conséquences environnementales de la consommation de viande. De même, les propositions visant à un approvisionnement bio et local de la cantine municipale ont fait consensus ; nous sommes également parvenus à l’idée d’associer les partenaires de la filière alimentaire bio et locale sous une structure juridique d’intérêt collectif (SCIC). Nous avons aussi ajouté l’idée d’emballages non jetables pour les repas livrés afin d’éviter la production excessive de déchets. Pour viser un approvisionnement bio et local maximal et peu coûteux, nous avons décidé que les terrains agricoles de la ville ne seraient plus loués à des agriculteurs produisant avec des méthodes chimiques mais qu’ils seraient progressivement convertis en bio, au besoin avec le développement d’une régie municipale d’exploitation agricole des terrains municipaux et l’interdiction des pesticides sur ces terrains. Enfin, nous avons validé les propositions visant à développer les jardins et vergers partagés avec un cahier des charges et une aide municipale pour qu’ils soient cultivés en bio et suivant les techniques de la permaculture.

Outre l’alternative végétarienne quotidienne dans les repas fournis par la cantine municipale, le consensus s’est fait pour un certain nombre de mesures visant à défendre la condition animale et la biodiversité. Ainsi, nous avons décidé de faire de Châteauroux une ville en pointe en matière de protection animale avec un accompagnement de la mairie pour les associations qui traitent de ces questions. Nous avons également, au cours de la discussion, décidé de faire nôtres les recommandations de l’association « Indre Nature » pour la protection de la faune et la flore afin de viser la protection et l’introduction de la biodiversité en ville. L’idée de développer un centre d’accueil municipal pour les animaux a été développée mais a suscité un débat sur le rôle de la municipalité et le lien à faire avec la SPA pour adapter au mieux une telle structure aux besoins réels des habitants et de la protection animale.

Un grand nombre de propositions concernaient l’aménagement de la ville et son verdissement. Nous avons retenu l’idée de développement d’espaces intergénérationnels publics avec des équipements complets à destination de tous (fontaines à eau, sanitaires, espace grillade, espaces verts, terrains de sport, etc.). De même, comme cela a été dit, nous avons validé l’idée de développer les jardins et vergers partagés. Un très large consensus s’est fait autour de la végétalisation de la ville avec l’objectif de faire de Châteauroux la ville la plus boisée de France rapportée à son nombre d’habitants en arrêtant toute coupe d’arbre et en plantant au moins 5 000 arbres sur la mandature avec l’aide de tous les citoyens, mais aussi en végétalisant les façades et les toits de bâtiments publics et en accompagnant les citoyens qui souhaiteraient le faire sur leur domicile. Pour permettre de faire cela en sortant des logiques de marché, nous avons validé l’idée de développer une granothèque municipale (un lieu de conservation de graines et de plans). Nous modifierons également le PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) pour y insérer des obligations de végétalisation du bâti lors de la construction.

Enfin, nous avons validé par un large consensus plusieurs propositions « inclassables ». Nous avons ainsi décidé que les élus Châteauroux citoyen soutiendrait dans leur mandat les mobilisations sociales et environnementales. Après discussion autour de la publicité, nous avons décidé de réserver l’affichage publicitaire aux informations municipales et associatives. Un large consensus s’est fait sur la proposition que la ville signe la charte du réseau environnement et santé sur les perturbateurs endocriniens et en applique les recommandations. Enfin, nous avons décidé d’appliquer la « règle bleue » : préserver l’espace nécessaire à la libre circulation de l’eau dans la ville.

Biens communs

26 contributions citoyennes avaient été déposées dans la section « + de biens communs ». Toutes ont pu être étudiées lors de notre assemblée programmatique.

Les premières propositions que nous avons étudiées concernaient les services publics, pour lesquels nous avons décidé d’une règle générale consistant à « favoriser et développer les services publics municipaux ». Nous avons décidé de rééquilibrer la mutualisation des services municipaux et intercommunaux pour redonner de l’autonomie à la municipalité castelroussine. Pour faire face à la désertification médicale, la proposition de recruter des médecins salariés a fait consensus. De même, un très large consensus s’est fait autour de l’idée d’un service public municipal de pompes funèbres. Pour permettre un égal accès de tous aux services publics de la ville, nous avons retenu les propositions visant à redévelopper des annexes de la mairie dans les quartiers ainsi que des centres de services publics municipaux dans les quartiers. En élargissant la notion de « services publics », nous avons aussi décidé de donner plus de moyens aux centre socio-culturels en concertation avec l’ACGCS et les habitants, ou encore d’employer des animateurs et médiateurs de quartiers ainsi que des éducateurs de rue.

Nous avons ensuite discuté des propositions concernant les associations et avons décidé d’une règle générale pour les propositions que nous avons retenues : « faire de la ville de Châteauroux une ville en pointe du soutien aux associations ». Pour cela, nous nous sommes mis d’accord pour soutenir un grand projet de rénovation du centre culturel Jean Racine pour le transformer en véritable maison du peuple hébergeant gratuitement les associations et permettant de mêler activités associatives et culturelles. Conformément à nos discussions de la semaine précédente concernant les grands projets à plus de 10 millions d’euros d’investissement, nous avons eu l’idée d’ouvrir ce projet aux contributions citoyennes et de soumettre sa réalisation à un référendum municipal. Pour aider les associations, nous avons décidé d’un rééquilibrer les aides municipales ou encore d’aider à l’information sur les associations en mettant à disposition le bulletin municipal, l’affichage public et en fournissant une aide municipale à la communication et la visibilité des associations.

Un grand nombre de propositions concernaient les activités sportives et culturelles. Après discussion, nous avons décidé d’encourager les pratiques sportives en fournissant une information complète sur les aides (notamment départementales) aux licences et en fournissant d’éventuels compléments municipaux. Nous nous sommes mis d’accord pour ouvrir la médiathèque en soirée et le dimanche et pour développer une ludothèque municipale (jeux vidéos et jeux de société). Un consensus large s’est fait autour de l’idée de développer le conservatoire de musique et de danse ou encore de soutenir les artistes et créateurs locaux notamment en organisant des évènements municipaux pour faire connaître leur travail ou encore en développant des espaces d’expression comme des « Free Wall » pour les graffeurs ou la transformation des friches industrielles/urbaines en friches culturelles. Nous avons également retenu l’idée que la ville soutienne les associations et les entreprises à caractère culturel comme les bars accueillant des évènements musicaux ou culturels et les labels musicaux qui se développent sur la ville.

Un très grand nombre de propositions concernaient la gestion de l’eau. Un principe a été décidé : la gratuité des premiers mètres cubes d’eau indispensables à la vie et une tarification progressive pour faire payer plus cher les usages excessifs (piscines privées). Compte tenu de l’existence d’un contrat de fermage avec la Saur jusqu’au 1er janvier 2028 (soit après la mandature), un consensus s’est fait autour de l’idée de passer en régie municipale au plus tard à échéance de ce contrat et de proposer par référendum une rupture anticipée du contrat pour passer en régie publique municipale pour l’approvisionnement comme pour l’assainissement de l’eau. L’idée d’un double réseau (eau potable / eau non potable) n’a pas fait consensus mais nous sommes arrivés à l’idée de lancer une étude technique sur la faisabilité d’un tel projet. Nous nous sommes mis d’accord aussi pour créer un comité des usagers du service de l’eau et pour faire un arrêté municipal interdisant les coupures d’eau.

Plusieurs propositions ont été adoptées concernant les questions informatiques et notamment le développement de la base de donnée d’open data de Châteauroux. Mais aussi le passage progressif aux logiciels libres pour les services municipaux et le développement de formations à ces logiciels dans le cadre de la cité du numérique.

Propositions des quartiers :

Dernier point discuté dans notre réunion : les propositions issues des contributions par quartier, des porte-à-porte et des assemblées citoyennes de quartiers. L’essentiel de ces propositions recoupaient des propositions déjà adoptées lors de nos deux assemblées programmatiques. Deux points qui n’avaient pas été traités ont reçu un large consensus : une proposition visant à recruter davantage d’ATSEM dans les écoles en les recentrant sur leurs missions et une autre visant à supprimer les bancs municipaux anti-SDF pour les remplacer par des bancs « normaux ».

Déposer une contribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En déposant une contribution, je soutiens la démarche « Châteauroux citoyen » et autorise l’envoi d’informations à ce sujet sur mon mail

Les contributions

Afin de faciliter la lisibilité et le traitement des contributions, merci de faire des contributions courtes (100 mots maximum) et de ne défendre qu’une proposition par contribution. Pour défendre trois propositions, faites trois contributions : vous pouvez déposer autant de contributions que vous le souhaitez alors n’hésitez pas !