CHATEAUROUX CITOYEN

Voici les réponses de Châteauroux Citoyen au questionnaire que la Ligue des Droits de l’Homme 36 nous a adressé. Par souci de transparence, nous les rendons publiques et disponible à toutes et tous.

1) Comptez-vous développer le logement social accessible aux plus démunis, permettre l’accession à la propriété, ouvrir des foyers d’hébergement pour les femmes victimes de violence et les personnes à la rue y compris étrangères ?

Notre programme “Châteauroux, commune du peuple” annonce clairement la couleur : nous visons l’objectif zéro SDF. Ce qui peut paraître utopique pour certains est simplement l’application d’un des droits humains les plus élementaire. Aussitôt élus, nous prendrons un arrêté d’interdiction des expulsions sans relogement. De nombreuses communes le font. Bien sûr, de telles décisions sont systématiquement attaquées devant le tribunal administratif. Qu’à cela ne tienne : nous irons défendre dans les tribunaux la cause des mal logés et expliquer pourquoi, pour nous, mettre quelqu’un à la rue ne devrait plus être une possibilité en France en 2020.

Nous mettrons en place la politique du “logement d’abord” : attribuer des logements sociaux directement aux sans-abris. Les personnes sans domicile n’ont pas besoin de passer par le parcours du combattant stressant de l’hébergement avant de pouvoir accéder à un logement pérenne. Ce dont elles ont besoin, c’est d’un chez soi. Donc nous travaillerons en lien avec des associations de réinsertion et d’accompagnement pour développer dans le parc HLM de Châteauroux des solutions adaptées à ces personnes. D’ailleurs, nous voulons rendre plus transparentes toutes les attributions de logements sociaux en faisant adopter par le conseil municipal une grille de critères publics.

Concernant les femmes victimes de violences, nous avons repris dans notre programme une proposition de l’association Nous Toutes 36. Ils s’agit de créer une maison des femmes proposant un accueil juridique, psychologique, médical et social. Nous voulons aussi que la municipalité constitue dans le parc social et le parc privé une réserve d’appartements d’urgence mobilisable immédiatement pour les femmes victimes de violences ou bien les jeunes homosexuels en rupture familiale.

Vous nous demandez nos solutions pour les personnes à la rue, “y compris étrangères”. Châteauroux citoyen ne fait aucune différence entre des êtres humains en détresse d’après les papiers, la couleur de peau, la nationalité ou la situation administrative. Zéro SDF, c’est zéro. Nous prévoyons d’ailleurs d’utiliser les pouvoirs de police du maire pour réquisitionner des logements vides. En effet, ceci peut être fait, précise le droit en cas de “trouble grave à l’ordre public”. Des hommes, des femmes ou des enfants forcés à dormir dehors est à nos yeux un trouble grave à l’ordre public.

2) Que préconisez-vous pour développer l’accès aux soins constitutif du droit à la santé de tous les citoyens y compris pour les personnes âgées ?

L’accès aux soins est remis en cause, dans notre ville comme dans le pays, par deux facteurs principaux : le manque d’argent et les déserts médicaux. Nous voulons créer des maisons pluridisciplinaires de santé réunissant une variété de professionnels de santé. Ces projets doivent être élaborés en amont avec eux pour qu’elles correspondent bien aux besoins sanitaires de la ville. Dans ces maisons de santé, nous feront l’expérience de salarier directement des médecins. D’autres communes l’ont fait et ça marche. Pour les médecins, la condition salariale offre le cadre protecteur du code du travail, donne droit à des congés payés et un temps de travail plus raisonnable et allège du travail administratif. Pour les Castelroussins, c’est l’assurance de voir des médecins revenir dans leurs quartiers. Les maisons de santé utiliseront toutes le tiers payant, c’est à dire que les patients n’auront pas à avancer les frais remboursés par la Sécu. Ainsi, nous combattrons efficacement le recul de l’accès aux soins.

3) Quelles actions engagerez-vous pour assurer la scolarisation effective des jeunes handicapés, des enfants en grande précarité ou d’origine étrangère ?

Il est absolument nécessaire d’appliquer la loi qui inclut tous les enfants à l’école quelle que soit leur problématique de santé, quelle que soit leur origine ou leur appartenance sociale. Châteauroux Citoyen s’engage à recruter davantage d’assistants territoriaux (ATSM) pour ses écoles. Et à créer une structure municipale de soutien scolaire et d’accueil des élèves en décrochage et exclus temporairement de leur établissement. Il y aura un accompagnement systématique, grâce au pôle accueil juridique en mairie, de tous les parents qui sont en difficulté avec les services académiques pour le recrutement des AESH, personnels nécessaires à la scolarisation de certains enfants en situation de handicap.

4) Que prévoyez-vous pour soutenir la vie associative, notamment dans les quartiers dits prioritaires, et les initiatives de jeunes ?

Le tissu associatif fait vivre concrètement dans la ville l’idée que tout n’est pas que fric et marchandise. Il existe aussi le bonheur du projet collectif, de la culture, du sport, de se mettre au service de l’intérêt général par des actions concrètes. Ce tissu est avant tout constitué de petites associations qui ont parfois des problèmes de trésorerie. Une commune du peuple est une commune qui aide en priorité ceux-là : les petits qui donnent sans compter leur temps pour notre vie en commun. C’est pourquoi nous proposons de rééquilibrer, dans le budget, les subventions entre une grosse association sportive, la Berrichonne de Châteauroux, et toutes les autres.

Enfin, pour faire revivre les quartiers, il faut absolument redonner les moyens aux centres sociaux et maisons de quartiers, maltraités depuis longtemps. Notre programme prévoit d’augmenter leurs subventions, de voter un financement pluriannuel pour qu’ils puissent y voir clair et de ne pas leur faire payer les charges des locaux qu’ils occupent.

5) Comment favoriserez-vous la mixité sociale dans vos projets d’urbanisme ?

L’outil pour favoriser la mixité sociale est le logement social. Contrairement à ce que l’on pense parfois, les classes moyennes ont le droit d’accéder à des HLM, comme les classes populaires. On pourra faire de Châteauroux une ville mélangée, où certains quartiers ne sont pas réservés à certaines familles en mettant des HLM un peu partout. C’est pourquoi nous inscrirons une règle simple : dans toutes les opérations de logements collectifs, un minimum de 40% de HLM devront être construits.

6) Envisagez-vous la mise en place d’espaces et de ressources favorisant la collaboration, le lien social, largement ouverts aux habitants ?

Nous ferons de l’espace Jean Racine, aujourd’hui sous-utilisé, une maison du peuple. Ce lieu sera co-construit avec les associations, les syndicats, les collectifs citoyens pour qu’il réponde à leurs besoins : espaces de réunions, réunions publiques, possibilité pour produire du matériel, tourner des vidéos, etc. Ce lieu sera gratuit. Car contrairement à monsieur Avérous, qui lance des procès contre les syndicats et ose dire que “deux syndicats vivent au crochet de la collectivité et volent l’argent des Castelroussins”, nous pensons au contraire qu’ils se battent pour l’intérêt général.

Lors de nos porte-à-porte dans les quartiers, on nous a aussi souvent dit que ces lieux favorisant le lien social intergénérationnel manquaient. Nous y travaillerons en lien avec les habitants et les conseils de quartiers dont nous augmenterons les pouvoirs.

7) Respecterez-vous la parité, en nombre et en responsabilités dans les instances communales et intercommunales ?

La parité est une évidence car nous ne réussirons pas à relever les grands défis de notre siècle, changement climatique, justice sociale, en excluant la moitié de la population des structures de décisions. Nous la respecterons donc dans tous les domaines.

8) Instituerez-vous le droit de vote des étrangers résidents? En attendant, acceptez-vous de mettre en place des conseils de résidents permettant à toutes les personnes de nationalité étrangère, quel que soit leur statut, d’être associées aux décisions les concernant ?

Nous sommes Châteauroux Citoyen. Ce second mot n’est pas vain. Il dit qu’il n’y a aucun droit pour les individus s’il n’y a pas d’abord le celui collectif de décider. La communauté politique ne se définit par rien d’autre que par la souveraineté : nous avons le droit de prendre nous même les décision pour ce qui concerne nos vies. Il n’y a aucune raison que ce principe ne s’applique pas dans la commune de Châteauroux aux résidents étrangers. Ils vivent ici, empruntent les rues de la ville, vont dans ses commerces, montent dans ses bus, payent des impôts locaux : ils doivent avoir leur mot à dire. C’est pourquoi nous créerons une “carte de citoyen de Châteauroux” : quiconque âgé de 16 ans révolus et résident à Châteauroux pourra en disposer. Ces mêmes critères seront retenus pour participer aux référendum d’initiative citoyenne, référendum révocatoires ou consultations municipales.

9) Etes-vous favorable au non cumul des mandats ?

Nous sommes tout à fait favorables au non cumul des mandats et d’ailleurs tous nos candidats ont signé une charte où ils s’engagent à ne pas le pratiquer entre les exécutifs municipaux et intercommunaux. Si nous gagnons le 22 mars prochain, il n’y aura donc pas de maire de Châteauroux qui soit aussi président de Châteauroux métropole. Nous sommes d’ailleurs aussi contre le cumul des revenus et voulons plafonner celui du maire au niveau du salaire moyen français (2200 euros par mois).

10) Mettrez-vous en place des conseils citoyens, des conseils d’usagers des services publics locaux, le contrôle citoyen de la gestion des services municipaux et l’ouvrirez-vous aux jeunes et aux personnes étrangères résidant sur le territoire de la commune ?

Le premier but de notre liste est de redonner le pouvoir au peuple en construisant une démocratie laissant une large part à l’intervention populaire dans notre commune. Cela passe par les référendum d’initiative citoyenne pour proposer une délibération, en abroger une ou révoquer un élu. Cela passe aussi par la construction de contre-pouvoirs citoyens réels. Ainsi, les conseils de quartier, seront largement refondés. Ils doivent devenir les institutions grâce auxquels les habitants des quartiers de Châteauroux peuvent peser dans les décisions municipales. Ainsi, la moitié des conseils auront un droit de véto sur le vote du budget. Ils auront aussi le droit d’imposer des points d’ordre du jour au conseil municipal. Bien sûr, tous les services publics devront être traversés par cet esprit de renouveau démocratique. Nous sommes donc favorables à des conseils d’usagers pour les services publics locaux.

Mais nous voulons faire plus. Pour éviter les magouilles, nous pensons que rien n’est plus efficace que de placer toujours l’action publique sous l’oeil attentif des citoyens. Deux décisions iront dans cette direction. Premièrement, la réalisation d’un audit des privilèges des élus par des citoyens tirés au sort. Deuxièmement, la création de jurys citoyens chargés de surveiller l’attribution des marchés publics. Nous mettrons également en place une commission “Où est passé l’argent ?” composée de citoyens, d’experts et d’élus pour enquêter sur les grands projets des précédentes mandatures comme Ozans et Balsan’eo.

11) Réhabiliterez-vous une police de proximité ?

Oui. Nous souhaitons que la police municipale joue le rôle d’une police de proximité. À chacun son rôle : la répression et la force doivent être d’abord le rôle de la police nationale. La police municipale doit se tourner vers d’indispensables missions de prévention, de surveillance, d’alerte et de gardiens de la paix. Ainsi reformée, la police municipale verra ses effectifs augmenter dans le but d’ouvrir des antennes du commissariat dans les quartiers.

12) Créerez-vous un récépissé de contrôle d’identité afin de limiter les contrôles au faciès et les harcèlements ciblés ?

Malheureusement, il faudrait en passer par une loi pour qu’une commune puisse mettre en place sur son territoire le récépissé en cas de contrôle d’identité, comme celle par exemple proposée par le député insoumis Eric Coquerel en février 2018 et soutenue par des députés des groupes communistes et socialistes. Cependant, nous serons une municipalité de combat contre le racisme, le sexisme ou l’homophobie. La mairie de la “commune du peuple” se tiendra aux côtés de toutes les victimes de discriminations, notamment en se portant parties civiles sur toutes les plaintes déposées par des Castelroussins pour des faits de cette nature. D’ailleurs, nous avons déjà prouvé notre détermination dans ce domaine. Lorsque la candidate du Rassemblement national s’est permise des commentaires racistes sur la couverture de notre programme (qui figure un homme de couleur de peau noire), nous avons porté plainte et porté publiquement la riposte. Nous nous sommes malheureusement trouvés alors bien seuls dans ce combat : seul le NPA 36 nous a apporté son soutien plein et entier.

13) Limiterez-vous la vidéo surveillance?

Nous pensons en effet que le plus efficace pour la sécurité est la présence humaine. Nous préférons donc embaucher des policiers plutôt que de continuer à développer les caméras. Notre programme prévoit donc de ne pas remplacer les caméras et d’éteindre petit à petit ce dispositif. Nous utiliserons l’argent ainsi économisé pour augmenter les effectifs de la police municipale.

14) Refuserez-vous les projets de caméras à reconnaissance faciale ?

Oui. Les caméras à reconnaissance faciale sont un des plus grave dangers sur les libertés individuelles qui menacent actuellement. La commune de Châteauroux doit absolument les refuser, dans toutes les circonstances.

15) Refuserez-vous l’armement de la police municipale ou reviendrez-vous dessus ?

Oui. Notre programme prévoit de revenir sur l’armement de la police municipale à Châteauroux. Cette décision de Gil Avérous est absurde. Elle revient à entériner cyniquement le désengagement de l’État et de la police nationale. C’est à l’État d’assumer la violence physique légitime, pas à la police municipale. Pire : Gil Avérous justifie l’armement de la police municipale par les troubles qui peuvent naître à la sortie des bars du centre-ville. Imagine-t-on vraiment demain un policier dégainer un LBD face à des personnes alcoolisées qui font du tapage ? C’est une folie dangereuse. Nous supprimerons donc les LBD et armes à feu de la police municipale.

16) Refuserez-vous toute forme de surveillance privée telle que les « voisins vigilants » ?

Nous ne sommes pas pour les polices privées. Cependant, nous sommes favorables à l’implication citoyenne dans les tâches de sûreté publique. La meilleure façon d’assurer un cadre de vie sûr pour tous et des méthodes respectueuse des droits de l’Homme c’est d’y associer les citoyens. Nous proposons la création d’une unité de tranquillité et de médiation composée de volontaires. Elle assurera des tâches de prévention, de sensibilisation, de rappel au civisme. Tout cela sera fait après une formation préalable et pour des tâches définies en lien avec la police municipale. Cette unité pourra aussi être mobilisée pour des missions écologiques (nettoyage, dépollution, etc.).

17) Limiterez-vous la dématérialisation des démarches administratives?

La “dématérialisation” des démarches administratives est un autre nom pour le recul des services publics. C’est une ruse des puissants pour le faire accepter : ce que l’on pouvait faire au guichet, avec un être humain, on pourrait le faire demain sur internet. C’est oublier que d’abord tout le monde n’a pas internet. Et tout le monde n’est pas à l’aise avec son usage. Nous rouvrirons des guichets avec des êtres humains en ouvrant notamment des mairies annexes dans les quartiers.

18) Vous engagez-vous à veiller à l’application rigoureuse de la loi Informatique et Libertés modifiée par la mise en œuvre du RGPD, imposant le respect de la vie privée en particulier en veillant à la multiplication et l’usage des fichiers gérés par la commune ?

Oui. La protection des données personnelles est un enjeu majeur pour l’avenir des libertés individuelles. Une institution démocratique se doit d’être absolument exemplaire dans ce domaine. Mais la plus grande menace pour les données personnelles vient aujourd’hui des multinationales américaines du numérique. Il faut y résister et non pas permettre à Google de pénétrer dans nos services publics comme l’a fait récemment Gil Avérous en signant un partenariat entre le musée Bertrand et cette entreprise. Nous voulons pour notre part organiser le passage progressif aux logiciels libres pour la mairie de Châteauroux mais aussi développer des formations aux logiciels libres pour les habitants.

19) Pensez-vous mettre en place des maisons de la justice et du droit (MJD) ou des points d’accès au droit (Pad) pour pallier l’éloignement des tribunaux et des conseils de prud’hommes ?

Oui. Notre programme prévoit ainsi de créer un point d’accueil juridique gratuit pour les personnes victimes de discriminations en mairie.

20) Ferez-vous passer l’ensemble des politiques publiques locales au crible de l’urgence climatique et sociale ? De quelle manière ? Avec quels moyens ?

La justice sociale et la mobilisation générale pour la planète sont précisément les deux objectifs fondamentaux qui sous-tendent l’ensemble du programme “Châteauroux, commune du peuple”. La radicalisation de la démocratie est la moyen d’y parvenir. Nous vous (et nous nous) épargnons donc la fastidieuse retranscription ici de l’intégralité de notre programme, entièrement sous-tendu par ces questions et nous permettons de vous y renvoyer puisqu’il est disponible en ligne. Vous verrez qu’il apporte des réponses aux enjeux que vous posez et qu’il propose des méthodes très concrètes pour y parvenir.

Déposer une contribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En déposant une contribution, je soutiens la démarche « Châteauroux citoyen » et autorise l’envoi d’informations à ce sujet sur mon mail

Les contributions

1 commentaire

  1. Je veux un autre monde qui respecté les droit des sitoyen
    Partout dans le monde. je veux une societe egalité de hommes et des femmes, dans lamour respect la dignité

Déposer une contribution

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *