CHATEAUROUX CITOYEN

Après 6 mois de recueil des propositions des habitantes et habitants de la ville de Châteauroux via notre site internet, des porte-à-porte et des assemblées citoyennes de quartier, notre programme est prêt. Nous l’avons constitué lors de nos assemblées programmatiques où nous avons étudié les propositions reçues. Vous pouvez le consulter ci-dessous. Ouvert au vote des soutiens de Châteauroux Citoyen du 12 au 18 janvier, le programme a été adopté à l’unanimité.

➡️ Télécharger le programme au format PDF
➡️ Consulter le programme sur une liseuse
➡️ Recevoir gratuitement le programme chez vous en livret imprimé

Notre programme est chiffré et financé. Nous avons présenté ce chiffrage lors d’une émission diffusée en direct le jeudi 12 mars 2020. Toutes les données sont disponibles sur notre site.

➡️ Consulter le chiffrage du programme


CHÂTEAUROUX, COMMUNE DU PEUPLE,
34 PROPOSITIONS POUR CHANGER LA VILLE


SOMMAIRE :

INTRODUCTION

UN PROGRAMME ÉCRIT PAR LES CITOYENS

PLUS DE DÉMOCRATIE ET D’ÉTHIQUE :
1 – Mettre en place le RIC (Référendum d’initiative citoyenne) municipal
2 – En finir avec les privilèges
3 – La transparence comme garantie démocratique
4 – La laïcité jusqu’au bout
5 – Donner un réel pouvoir aux conseils de quartier
6 – Étendre le domaine de la citoyenneté

PLUS D’ÉCOLOGIE :
7 – Respecter la « règle verte »
8 – Faire revenir la nature en ville
9 – Respecter les animaux et agir pour leur bien-être
10 – Des bus agréables, accessibles et pratiques
11 – Favoriser les déplacements à pied et à vélo
12 – Réduire la consommation d’énergie
13 – Changer l’agriculture, changer l’alimentation
14 – Vers la ville zéro déchets

PLUS D’EMPLOI :
15 – Créer de l’emploi par le retour des petits commerces de quartier
16 – Des emplois pour la transition écologique
17 – Compter sur nous-mêmes pour développer l’emploi

PLUS DE JUSTICE SOCIALE :
18 – Éradiquer la grande pauvreté à Châteauroux
19 – Une commune de la République sociale
20 – Être l’allié de l’émancipation des femmes
21 – Racisme, sexisme, homophobie… lutter contre les discriminations
22 – Une ville 100% accessible pour les personnes en situation de handicap
23 – La mixité sociale partout
24 – Une municipalité aux côtés des mobilisations citoyennes

PLUS DE BIENS COMMUNS :

25 – En finir avec les déserts médicaux : la santé partout, pour tous
26 – L’éducation, notre bien le plus précieux
27 – Vive la culture et le sport !
28 – La mort n’est pas un business
29 – L’eau n’est pas une marchandise
30 – Logiciels libres, open data : Châteauroux à la pointe

PLUS DE SÛRETÉ PUBLIQUE :

31 – Une police municipale de proximité
32 – Lutter contre les comportements inciviques
33 – Une vie commune sans nuisances
34 – Des routes plus sûres pour tous

CE QUE CE PROGRAMME VA CHANGER POUR VOUS : QUELQUES EXEMPLES

  • Centre ville :
    → Place aux piétons
    → Une maison du peuple à l’espace Jean Racine
  • Beaulieu :
    → Des bus le dimanche
    → Une mairie réactive auprès des bailleurs HLM (Scalis, OPAC)

Introduction

De plus en plus de citoyens ne croient plus en la politique. Qui pourrait leur donner tort ? Année après année, les dirigeants que nous élisons trahissent les intérêts du peuple pour servir leurs propres intérêts ou ceux de leurs amis les riches. Après Sarkozy et Hollande, Macron est l’exemple le plus abouti de président élu pour tout changer en mieux… et qui choisit de tout changer en pire ! Et quand les citoyens contestent sa politique, la seule réponse du pouvoir est désormais la violence : lacrymos, LBD, coups de matraque…

Face à ces trahisons, les citoyens sont de plus en plus nombreux à choisir l’abstention. Aux élections européennes à Châteauroux, 57% des inscrits sur les listes électorales n’ont pas voté. Les abstentionnistes étaient donc – largement ! – majoritaires. S’ils s’étaient déplacés, ils auraient pu balayer d’un seul coup le duo Macron-Le Pen.

C’est pour répondre à ce constat que des gilets jaunes, des soutiens de la France insoumise et des jeunes engagés pour le climat ont décidé de lancer le collectif «Châteauroux Citoyen». Le projet était le suivant : donner aux citoyens de notre ville un cadre pour reprendre le pouvoir en construisant eux-même un programme et une liste pour les élections municipales. Très vite, ce collectif a rassemblé des citoyens se disant « apolitiques », abstentionnistes ou n’ayant aucun engagement particulier. Mais aussi des associatifs, des syndicalistes, des têtes dures de toutes sortes qui se battent au quotidien pour changer la vie.

Comment avons-nous fait pour rassembler aussi largement ? Nous avons fait simple. L’idée était la suivante : pour que les citoyens reprennent confiance en la politique, il faut : 1) qu’ils construisent eux-mêmes le programme, 2) qu’ils constituent eux-mêmes la liste, 3) que la transparence sur la méthode de construction du collectif soit permanente et totale (c’est pourquoi toutes nos réunions étaient filmées), 4) que nous agissions sans attendre les élections pour faire la démonstration de notre volonté sincère d’améliorer les choses.

Tout cela, nous l’avons fait. Le programme a été entièrement rédigé à partir des propositions des habitants. Pour la liste, nous avons adopté une méthode similaire en permettant aux habitants de Châteauroux d’être eux-mêmes candidats. Tout est décidé par un vote transparent permettant de classer la liste jusqu’à la tête de liste elle-même. Tous les soutiens de Châteauroux citoyen peuvent y participer. Ainsi, nous avons supprimé les enjeux de pouvoir interne qui, souvent, divisent les gens plutôt que de les rassembler. Et nous nous sommes concentrés sur les idées plutôt que sur les personnes.

Au final, nous vous proposons donc un programme et une liste qui sont le reflet de ce que veulent les habitantes et les habitants de notre ville. Sans doute, en le lisant, vous direz-vous : « c’est cela qu’il faut faire ! ». Et cela n’a rien d’étonnant puisque même si vous n’avez pas fait partie de celles et ceux qui ont déposé des propositions, ce sont des gens comme vous qui ont construit notre programme. Il répond aux grands défis posés à notre peuple que sont le changement climatique, le recul de la démocratie, la cohésion sociale, la grande pauvreté ou encore la marchandisation de tout. Bien sûr, une élection municipale ne règlera pas tous ces problèmes qui se posent à l’échelle nationale et mondiale. Mais nous voulons montrer que les grands changements auquel nous aspirons peuvent commencer ici et maintenant. Châteauroux, nous l’aimons. Nous voulons y inventer un futur viable pour l’humanité.

Référendum d’initiative citoyenne (RIC) municipal, baisse du salaire du maire au revenu moyen (2200 euros nets), non cumul des mandats, interdiction des pesticides sur la commune, cantine bio et gratuite pour nos enfants, plantation de 5000 arbres pour faire de Châteauroux la commune la plus boisée de France par habitants, multiplication et sécurisation des pistes cyclables, vélos en libre-service, augmentation de la fréquence des bus et amélioration des lignes en lien avec les habitants, expérimentation des territoires «zéro chômeur de longue durée», supérettes municipales pour créer de l’emploi et rétablir des commerces dans les quartiers, médecins salariés pour lutter contre la désertification médicale, pompes funèbres municipales, maison des femmes pour accueillir les victimes de violences conjugales, objectif zéro SDF, gratuité des premiers mètres cubes d’eau indispensables à la vie, suppression des LBD et armes à feu de la police municipale et rétablissement d’une police de proximité : voici quelques unes des grandes mesures que propose notre programme.

Ce programme, c’est le vôtre. C’est celui de toutes les Castelroussines et de tous les Castelroussins qui attendent du changement. Il est très facile de le faire gagner. Il suffit d’une chose : voter pour la liste «Châteauroux Citoyen» aux élections municipales des 15 et 22 mars prochain. Si toutes celles et ceux qui «n’y croient plus» se remettent à «y croire», alors la victoire est à portée de main.

Ensemble, nous pouvons faire de Châteauroux un modèle démocratique, écologique et social pour toute la France. Le faire est simple. C’est ce que propose notre programme. Il ne tient qu’à vous de le réaliser.


UN PROGRAMME ÉCRIT PAR LES CITOYENS

1- Un site internet participatif 

Le 26 juin 2019, nous avons lancé le site internet chateaurouxcitoyen.fr. Tous les habitants de Châteauroux ont pu y déposer des contributions selon 6 thématiques : plus de démocratie et d’éthique, plus d’écologie, plus d’emploi, plus de justice sociale, plus de biens communs et plus de sûreté publique. Un espace pour les contributions des associations était aussi disponible sur cette plateforme. Près de 200 contributions y ont été déposées.

2- Des porte-à-portes 

À partir de septembre 2019, nous avons réalisé des porte-à-porte dans tous les quartiers de Châteauroux afin d’aller voir les gens, de faire connaître notre démarche et de recueillir leurs propositions.

3- Des actions concrètes 

Dans le même temps, nous avons mené des actions concrètes. Celles-ci avaient deux objectifs. D’abord prouver que même en dehors des élections, il est possible d’être utile et de changer la vie par l’action collective. Ensuite, d’échanger avec les citoyens sur des thématiques particulières. Par exemple, nous avons fait une marche de nettoyage à Beaulieu et à Grands-Champs au cours desquelles nous avons pu échanger sur la propreté dans ces quartiers. Nous avons aussi fait une collecte de produits alimentaires, de vêtements et de produits d’hygiène reversée entièrement au Secours populaire pour aider les plus pauvres. Cela nous a permis d’échanger sur le thème de la lutte contre la pauvreté. À Vaugirard, nous avons planté des arbres pour parler des enjeux écologique de notre temps et porter les valeurs républicaines de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

4- Des assemblées citoyennes de quartier 

Nous avons tenus des assemblées citoyennes à Saint-Jean, Beaulieu, les Grands-Champs, Vaugirard et Saint-Denis. Dans ces réunions, nous avons recueilli la parole des habitants sur leur quartier, leur vie quotidienne et leurs idées pour l’améliorer.

5- Des synthèses programmatiques 

Sur la base de toutes ces contributions, les soutiens de Châteauroux citoyen ont tenu trois assemblées programmatiques dont le but était faire la synthèse des propositions. Ces synthèses ont été publiées sur notre site internet.

6- Un vote final pour valider le programme 

Le programme présenté a été rédigé à partir de ces synthèses. Il a ensuite été soumis à un vote auquel l’ensemble des soutiens de Châteauroux citoyen ont pu participer entre le 11 et le 18 janvier 2020.


PLUS DE DÉMOCRATIE ET D’ÉTHIQUE :

Plus les années passent et moins le peuple a la parole. Certains élus pensent davantage à se servir eux-mêmes ou les intérêts financiers de leurs amis plutôt que l’intérêt général. Pourtant, la République se définit comme le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. La reconquête de la démocratie peut commencer par les communes et, donc, par Châteauroux. Chez nous aussi, nous subissons des décisions imposées sans qu’on nous demande notre avis. Chez nous aussi, il y a des privilèges indus et des petits arrangements entre notables. Le grand coup de balai sur le système commence donc ici et maintenant !

Les 3 grandes mesures: 

  • Mettre en place le RIC (Référendum d’initiative citoyenne) municipal : 5% des personnes inscrites sur les listes électorales peuvent le déclencher pour proposer une délibération, en abroger une ou révoquer un élu 
  • Plafonner l’ensemble des revenus cumulés du maire au niveau du salaire moyen (2200 euros / mois) et réaliser un audit sur les privilèges des élus castelroussins par des citoyens tirés au sort 
  • Créer une commission « Où est passé notre argent ? » composée de citoyens, d’experts et d’élus chargée d’enquêter sur les grands projets inutiles des précédentes mandatures comme Ozans ou la piscine Balsanéo

L’ensemble des propositions :

1 – METTRE EN PLACE LE RIC (RÉFÉRENDUM D’INITIATIVE CITOYENNE) MUNICIPAL :

  • Créer un droit au référendum d’initiative citoyenne (RIC) propositionnel, abrogatif ou révocatoire quand 5% des citoyens inscrits sur les listes électorales le demandent
  • Mettre en place un outil en ligne pour aider à collecter les signatures nécessaires pour le RIC
  • Soumettre à un référendum obligatoire tous les projets municipaux qui dépassent 10 millions d’euros de dépenses d’investissement

2 – EN FINIR AVEC LES PRIVILÈGES :

  • Plafonner les revenus cumulés du maire au salaire moyen (2200 euros nets)
  • Supprimer les privilèges inutiles comme la voiture avec chauffeur du maire
  • Faire un audit des privilèges des élus par des citoyens tirés au sort
  • Créer des stages d’immersion obligatoires pour tous les élus auprès des plus démunis
  • Interdire le cumul des mandats pour les élus municipaux et le cumul des fonctions exécutives entre la municipalité et l’agglomération

3 – LA TRANSPARENCE COMME GARANTIE DÉMOCRATIQUE : 

  • Créer des jury de citoyens chargés surveiller les procédures d’attributions de marchés publics
  • Filmer et diffuser en direct les conseils municipaux et les commissions préparatoires
  • Rétablir un journal municipal avec un espace dédié pour l’opposition
  • Faire des réunions régulières entre le maire et les étudiants de la commune
  • Créer une commission « Où est passé l’argent ? » composée de citoyens, d’experts et d’élus chargée d’enquêter sur les grands projets des précédentes mandatures comme la zone d’activité Ozans ou la piscine Balsanéo

4 – LA LAÏCITÉ JUSQU’AU BOUT

  • Interdire les financements municipaux à des associations de type cultuel ou religieux
  • Refuser de participer, en tant qu’élu, à des cérémonies religieuses dans une fonction de représentation de la mairie

5 – DONNER UN RÉEL POUVOIR AUX CONSEILS DE QUARTIERS : 

  • Redéfinir les limites géographiques des conseils de grand quartier pour qu’ils correspondent aux réalités vécues par les habitants
  • Ouvrir la possibilité pour les conseils de grand quartier d’inscrire un point à l’ordre du jour du conseil municipal à tour de rôle
  • Créer un droit de contrôle des finances de la commune pour les conseil de grands quartiers : si 50% des conseils de grand quartier émettent un avis négatif sur le projet de budget, un référendum est déclenché automatiquement

6 – ÉTENDRE LE DOMAINE DE LA CITOYENNETÉ

  • Ouvrir un lieu dédié à la mobilisation citoyenne avec mise à disposition de studio d’enregistrement, de matériel vidéo, de moyens d’impression
  • Ouvrir les votations municipales à tous les résidants de plus de 16 ans
  • Prendre en compte le vote blanc dans les votations municipales
  • Délivrer à ceux qui en font la demande une carte symbolique de citoyen de Châteauroux à tous les résidants de plus de 16 ans
  • Abandonner les poursuites contre les syndicats concernant la maison des syndicats et leur garantir un lieu gratuit

Ça existe ailleurs et ça marche : le RIC local 

Depuis que la demande d’instauration d’un véritable référendum d’initiative citoyenne (RIC) en France est sur le devant de la scène grâce aux Gilets Jaunes, les puissants ne cessent de la décrier comme irréaliste et dangereuse. Le principe est pourtant simple : si un nombre suffisant de citoyens le demandent sur un sujet, on organise un référendum. C’est la souveraineté du peuple en actes. Au niveau local, cela existe déjà dans certaines parties du monde. Par exemple aux États-Unis, où de nombreuses municipalités l’appliquent pour sa partie révocatoire. En 2018, il a notamment été utilisé pour révoquer un élu municipal dans l’Oregon qui avait voulu augmenter les tarifs de l’eau ou encore quatre élus municipaux dans le Michigan qui avaient couvert des faits de harcèlement dans leur mairie. Les citoyens ont pu dégager ces élus. En Allemagne, en Suisse ou en Italie, le RIC propositionnel au niveau local existe. Si d’autres sont capables de donner la parole aux citoyens, pourquoi pas à Châteauroux ? Cela serait une première en France et ferait de notre ville un modèle démocratique pour tout le pays.


PLUS D’ÉCOLOGIE :

Nous sommes face à l’urgence. L’écologie n’est pas une affaire de privilégiés. Les conséquences du changement climatique (sécheresses, canicules, tempêtes, etc.) frappent plus durement les petits salaires et les personnes éloignées des services publics. Construire des solidarités assez solides pour affronter la catastrophe climatique et la faire reculer est le défi de notre génération. Il faut collectivement changer nos façons de nous déplacer, notre rapport à la nature et aux animaux, notre production d’énergie. Il faut nous rapprocher du local dans notre consommation et notre production. Tout cela, nous pouvons le faire au niveau de notre ville. Châteauroux peut devenir un exemple en assumant fièrement son devoir pour l’intérêt général humain.

Les 3 grandes mesures : 

  • S’engager à respecter la « règle verte » au niveau municipal : ne pas prendre à la nature plus qu’elle ne peut reconstituer 
  • Planter 5000 arbres à Châteauroux pour en faire la ville la plus boisée de France
  • Augmenter la fréquence des bus et revoir leur tracé en concertation avec les habitants

L’ensemble des propositions :

7 – RESPECTER LA “RÈGLE VERTE” :

  • S’engager à respecter la « règle verte » au niveau municipal : ne pas prendre à la nature plus qu’elle ne peut reconstituer
  • Soumettre les décisions du conseil municipal à une étude d’impact sur leur empreinte écologique

8 – FAIRE REVENIR LA NATURE EN VILLE : 

  • Planter 5000 arbres pour faire de Châteauroux la ville la plus boisée de France
  • Introduire des obligations de végétalisation pour toutes les constructions nouvelles
  • Obliger les propriétaires de parkings de plus de 10 places à réserver 10% de leur surface à des espaces verts
  • Créer une granothèque municipale pour sortir les semences des logiques de marché
  • Respecter la « règle bleue », c’est à dire permettre aux eaux pluviales et aux cours d’eau de s’écouler autant que possible sans enfermement dans des canalisations
  • Installer dans chaque quartier un espace de convivialité vert et ombragé qui peut servir d’ilot de fraicheur pendant les canicules
  • Créer des jardins partagés pour les habitants qui n’ont pas de jardin privatif
  • Installer des récupérateurs d’eaux de pluies pour le nettoyage des rues ou l’arrosage des plantes

9 – RESPECTER LES ANIMAUX ET AGIR POUR LEUR BIEN-ÊTRE :

  • Conditionner la subvention de la ville à la SPA au respect des missions de protection animale et, à défaut, créer un centre municipal de protection des animaux
  • Identifier, stériliser et recueillir les animaux errants
  • Suivre les recommandations de l’association « Indre nature » pour la protection de la faune et la flore afin de viser la protection et l’introduction de la biodiversité en ville

10 – DES BUS AGRÉABLES, ACCESSIBLES ET PRATIQUES : 

  • Maintenir la gratuité des bus
  • Passer les bus en régie publique à la fin du contrat avec Keolis (2021) afin de réaliser des économies et d’augmenter le service
  • Augmenter la fréquence des bus et revoir leur tracé en concertation avec les habitants
  • Développer les bus le dimanche en ciblant les déplacements liés aux loisirs et à la culture et non à la consommation
  • Mettre en place un service de bus de nuit le week-end pour répondre aux besoins des habitants et augmenter la sécurité des déplacements
  • Adapter les bus et les équipements qui y sont liés pour accueillir dignement les personnes handicapées
  • Adapter la flotte de bus aux vélos (en permettant de les accrocher à l’arrière, par exemple)
  • Passer progressivement à une flotte de bus à hydrogène

11 – FAVORISER LES DÉPLACEMENTS À PIED ET À VÉLO : 

  • Augmenter le nombre de pistes cyclables et rénover celles qui existent en les rendant plus pratiques et plus sûres
  • Créer des zones de stationnement sécurisées pour les vélos
  • Créer un service de vélos en libre-service et en régie publique sur l’ensemble de l’agglomération
  • Faire un schéma des mobilités douces au niveau intercommunal pour prioriser les déplacements piétons et vélos dans les projets d’aménagement de la voirie

12 – RÉDUIRE LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE :

  • Rénover les logements des propriétaires modestes en aidant ces derniers à faire les démarches pour obtenir des aides publiques et porter l’ensemble de ces aides à 100% en les complétant au niveau municipal
  • Équiper tout nouveau bâtiment municipal d’une source d’énergie renouvelable
  • Adopter un plan de rénovation thermique des bâtiments municipaux
  • Imposer les normes environnementales pour toutes les nouvelles constructions
  • Valoriser et rénover les équipements écologiques existants comme la géothermie à Saint-Jean
  • Renouveler l’éclairage urbain avec des systèmes à basse consommation d’énergie et avec déclencheur de mouvement
  • Refuser les compteurs Linky et Gazpar

13 – CHANGER L’AGRICULTURE, CHANGER L’ALIMENTATION :

  • Approvisionner la cantine municipale en bio et local et la rendre gratuite pour toutes les familles
  • Proposer une alternative végétarienne tous les jours dans la cantine municipale
  • Interdire la location de terrains agricoles municipaux à des agriculteurs qui utilisent des pesticides
  • Créer une régie municipale d’exploitation agricole et embaucher des paysans salariés pour cultiver en bio et en permaculture les terrains municipaux
  • Associer les partenaires locaux de la filière bio dans une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC)
  • Créer une aide municipale à la conversion en bio
  • Prendre un arrêté d’interdiction des pesticides sur tout le territoire de la commune

14 – VERS LA VILLE ZÉRO DÉCHET :  

  • Mettre en place une ressourcerie pour donner une seconde vie aux déchets en permettant leur ré-utilisation
  • Interdire par arrêté municipal, au nom des pouvoirs de police du maire, l’utilisation et la commercialisation de certains emballages plastiques sur le territoire de la commune
  • Ouvrir des ateliers de réparation municipaux avec des agents qualifiés pour réparer les objets de la vie courante
  • Etablir un plan municipal pour généraliser la consigne pour les bouteilles en verre, moins polluantes que les bouteilles en plastique
  • Installer des collecteurs dédiés pour les mégots
  • Interdire la publicité commerciale et réserver l’affichage public aux informations municipales et associatives
  • Passer à deux collectes des déchets humides par semaine dans toute la ville (et pas seulement le centre-ville) en période de canicule

Entendu dans les quartiers : les nombreux problèmes des bus 

Dans les assemblées citoyennes de Beaulieu, Vaugirard ou bien Saint-Denis, le sujet revient systématiquement : les bus. Tout le monde se félicite qu’ils soient gratuits, mais cela ne suffit pas à oublier tout les autres problèmes. Ainsi, le nouveau tracé de la ligne 6 créé des désagréments d’un bout à l’autre. L’un n’a plus de solution pour aller directement à la médiathèque, l’autre pour aller faire ses courses. À Beaulieu, l’absence de bus le dimanche, surtout pour permettre aux jeunes de sortir et de s’occuper est bien regrettée. Autre problème pointé : l’accessibilité. Tous les arrêts ne sont pas adaptés pour les personnes à mobilité réduite. Quand on n’est pas véhiculé, le bus est le seul moyen pour aller d’un point à l’autre de Châteauroux et ses alentours. De même quand on veut éviter la voiture pour des raisons écolos. C’est l’un des services publics municipaux et les plus importants. Il faut impérativement écouter les habitants pour partir de leurs besoins et adapter le réseau de bus.


PLUS D’EMPLOI : 

Ces dernières décennies, Châteauroux et sa région ont perdu beaucoup d’emplois, notamment dans l’industrie et dans le commerce. Il y a aujourd’hui 3000 chômeurs sur la commune et dans les emplois qui restent, beaucoup sont précaires (CDD, intérim, temps partiels). La stratégie de Gil Avérous et de ses prédécesseurs est un échec total et coûteux ! Elle consistait à dépenser des millions pour faire venir un riche sauveur de l’étranger. Qu’il s’agisse de l’américain Tesla ou d’investisseurs chinois, cela n’a pas marché. Il faut inverser la méthode. Partons du local pour créer les emplois dont nous avons besoin, qui améliorerons nos vies. Commerce de proximité, services publics, transition écologique : dans de nombreux domaines, nous avons besoin de plus de gens au travail.

Les 3 grandes mesures : 

  • Créer des supérettes municipales gérées directement par la mairie, par des associations ou par des sociétés coopératives
  • Développer une activité industrielle municipale pour la transition écologique : textile, scierie, ateliers pour les bus ou les vélos, etc.
  • Faire rentrer Châteauroux dans l’expérimentation « territoire zéro chômeur de longue durée »

L’ensemble des propositions :

15 – CRÉER DE L’EMPLOI PAR LE RETOUR DES PETITS COMMERCES DE QUARTIER : 

  • Créer dans les quartiers des supérettes municipales pour remplacer les commerces disparus
  • Utiliser le droit de préemption pour les locaux commerciaux afin d’empêcher la disparition de certains commerces
  • Créer une carte de fidélité partagée des petits commerces indépendants de la ville pour dynamiser le commerce de proximité
  • Refuser toute extension de la zone commerciale Cap Sud afin de privilégier les commerces et les emplois du centre-ville et des quartiers
  • Piétonniser le centre-ville le week-end

16 – DES EMPLOIS POUR LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE :

  • Développer une activité industrielle municipale pour la transition écologique : textile, scierie, ateliers pour les bus ou les vélos, etc.
  • Créer des exploitations municipales bio sur les terrains dont la ville est propriétaire
  • Mettre en place d’une production municipale d’hydrogène pour fournir les bus ainsi que l’ensemble des véhicules de la ville

17 – COMPTER SUR NOUS-MÊMES POUR DÉVELOPPER L’EMPLOI :

  • Faire rentrer Châteauroux dans l’expérimentation « territoire zéro chômeur de longue durée » : proposer aux chômeurs de longue durée, sur la base du volontariat, des emplois utiles pour la communauté, en CDI, payés au SMIC et financés par la réallocation des aides sociales reçues
  • Mettre en place une aide municipale à l’installation d’entreprises conditionnée au respect de critères sociaux et écologiques
  • Développer des tiers-lieux pour les entreprises innovantes
  • Reformater la cité du numérique pour en faire un cluster du jeu vidéo
  • Faire de l’aéroport de Châteauroux un pôle d’envoi d’aide humanitaire à l’étranger
  • Mettre en oeuvre un plan de titularisation des précaires de la fonction publique municipale

Entendu dans les quartiers : la désertification commerciale

Si le centre-ville de Châteauroux reste plutôt bien fourni en commerces, ce n’est pas le cas de tous les autres quartiers de la ville. Dans les assemblées citoyennes et dans les quartiers, les habitants le disent : chez eux, il n’y a plus rien. Un café ou une boulangerie subsistent souvent mais ce n’est pas le cas des bouchers-charcutiers, des poissonniers, des épiceries ou des marchands de journaux. À Beaulieu, aux Grands Champs ou au Fontchoir, c’est une source de préoccupation majeure. Est-ce bien raisonnable d’obliger les gens à prendre leur voiture pour la moindre course ? De laisser des milliers d’habitants sans poste ou sans pharmacie ? Nous ne le pensons pas. La mairie devra empêcher la désertification commerciale, y compris par des mesures coercitives comme la préemption. Des commerces, ce sont pour un quartier des emplois, de l’activité, des besoins qui sont satisfaits : c’est plus pratique et plus écologique.


PLUS DE JUSTICE SOCIALE : 

« Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». C’est la première phrase de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Cela devra être le but de toutes les politiques municipales. Cela signifie garantir une vie digne et le niveau de revenu suffisant pour subvenir à tous les besoins élémentaires des êtres humains. C’est loin d’être le cas à Châteauroux : 8500 personnes y vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire 19% de la population. Cette réalité devrait conduire à mettre la lutte contre la pauvreté au coeur des actions de la mairie. Mais l’argent n’est pas le seul motif d’exclusion dans notre société. Une différence comme le handicap est souvent prétexte à mettre des femmes et des hommes à l’écart. De même que la plus vieille inégalité du monde, celle entre les femmes et les hommes subsistent encore. Ou encore le racisme et les discriminations que subissent certains de fait de leur nom ou de la couleur de leur peau. Nous ferons de Châteauroux une ville combattante contre les inégalités.

Les 3 grandes mesures : 

  • Fixer l’objectif « zéro SDF » à Châteauroux
  • Créer un bouclier municipal anti-Macron pour rétablir, via le CCAS, le niveau de prestations sociales avant 2017 pour les victimes des coupes du macronisme dans les APL, etc.
  • Créer une maison des femmes avec un accueil social, médical, psychologique et juridique pour les femmes victimes de violences comme le demande l’association “Nous Toutes 36”

L’ensemble des propositions :

18 – ÉRADIQUER LA GRANDE PAUVRETÉ À CHÂTEAUROUX :

  • Fixer l’objectif « zéro SDF » à Châteauroux
  • Prendre un arrêté interdisant les expulsions sans solution de relogement
  • Utiliser les pouvoirs de réquisition des logements vacants du maire pour loger des sans abris
  • Mettre en place un permis de louer pour empêcher la location de logements en mauvais état
  • Créer un centre d’hébergement pour les sans-abris acceptant leurs compagnons animaux
  • Supprimer les bancs anti-SDF
  • Embaucher des professionnels de l’accompagnement social pour les sans-abris
  • Mettre à disposition des terrains viabilisés pourvus de commodités gratuits pour les gens du voyage pour éviter leur installation dans des endroits non-adaptés et assortir la gratuité d’une politique active pour la scolarisation de tous les enfants de 3 à 16 ans
  • Rénover le centre d’accueil pour les demandeurs d’asile
  • Créer des points de distribution gratuite de produits d’hygiène

19 – UNE COMMUNE DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALE :

  • Lancer une campagne municipale de porte-à-porte pour informer chacun sur ses droits sociaux (RSA, CMU, ACS, etc.) : en France, beaucoup d’aides existent mais peu de gens les demandent
  • Créer un bouclier municipal anti-Macron : la ville et le CCAS compenseront toutes les coupes décidées par Macron depuis 2017 (APL…)
  • Créer un numéro de téléphone unique municipal 24h/24 chargé de rediriger les habitants vers les services publics municipaux ou nationaux à même de répondre à leurs besoins

20 – ÊTRE L’ALLIÉ DE L’ÉMANCIPATION DES FEMMES :

  • Élaborer un plan petite enfance avec des solutions pour les mères célibataires, les parents avec des horaires de nuit, ou qui travaillent tôt le matin et tard le soir
  • Garantir des solutions de garde pour les parents en recherche d’emploi
  • Constituer dans le parc social et privé une réserve de logement municipaux pour y placer en urgence des femmes victimes de violences
  • Créer une maison des femmes avec un accueil social, médical, psychologique et juridique pour les femmes victimes de violences comme le demande l’association “Nous Toutes 36”

21 – RACISME, SEXISME, HOMOPHOBIE… LUTTER CONTRE LES DISCRIMINATIONS :

  • Mettre la mairie du côté des victimes de discriminations raciales, sexistes et homophobes en constituant le maire partie civile de tous les dépôts de plainte associées à ces faits sur le territoire de la commune
  • Constituer dans le parc social et privé une réserve de logement municipaux pour y placer en urgence les jeunes homosexuels en rupture familiale
  • Organiser un festival contre le racisme et les discriminations avec des concerts, des ateliers, des intervenants engagés, etc.
  • Créer un point d’accueil et d’aide juridique en mairie pour les victimes de discriminations

22 – UNE VILLE 100% ACCESSIBLE POUR LES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP :

  • Faire signer aux promoteurs une charte pour que tous les logements qu’ils construisent soient accessibles aux personnes en mobilité réduite
  • Réserver une part dédiée du budget d’investissement pour rendre la ville accessible partout pour les personnes en situation de handicap
  • Créer un observatoire de l’accessibilité avec des représentants des personnes en situation de handicap, des élus, des techniciens de la ville et des représentants des services municipaux
  • Former les agents municipaux à l’accueil des personnes en situation de handicap

23 – LA MIXITÉ SOCIALE PARTOUT :

  • Imposer 40% de logements sociaux dans tout nouveau projet de logements collectifs
  • Créer un office foncier solidaire pour développer la propriété immobilière sans la spéculation
  • Rendre transparente les attributions de logements sociaux par le maire en faisant dresser par un conseil municipal élargi une liste de critères objectifs
  • Favoriser la construction d’habitats partagés co-construits avec les habitants sous forme de coopératives
  • Développer l’habitat inter-générationnel
  • Aider des projets d’habitats participatifs pour des familles, des personnes âgées…
  • Déployer des annexes de la mairie dans les quartiers

24 – UNE MUNICIPALITÉ AUX CÔTÉS DES MOBILISATIONS CITOYENNES :

  • Soutenir les luttes sociales pour l’égalité et les services publics
  • Créer une véritable maison du peuple dans l’espace Jean Racine regroupant associations, syndicats, collectifs citoyens et espaces culturels et artistiques.

Entendu dans les quartiers : inégalités entre le centre-ville et les quartiers 

Nous avons fait le choix de tenir des assemblées citoyennes au milieu de quartiers HLM : Saint-Jean, Beaulieu, les Grands Champs, etc. Les habitants constatent que ces quartiers sont délaissés par la municipalité par rapport au centre-ville. Il y a moins d’activité, moins de services publics, les rues sont moins propres et moins entretenues que celle du centre, etc. Pourtant, ces quartiers sont Châteauroux à part entière, à égalité avec le centre-ville. De plus, il sont prêts à fonctionner si on leur en donne les moyens. Nous voulons qu’ils se fassent entendre et qu’ils apportent leur contribution entière à notre ville. C’est pour cela que nous proposons des réunions régulières entre les élus de la municipalité et les locataires HLM. C’est pour cela que nous proposons des mairies annexes pour les quartiers, des commissariats de proximité de la police municipale, une refonte du tracé des bus, plus de passage pour la collecte des ordures, etc. Notre programme est celui des quartiers parce qu’il a été construit directement par ceux qui les habitent.


PLUS DE BIENS COMMUNS :

L’argent doit-il être le maître partout ? Nous ne le pensons pas. Certaines choses sont trop importantes pour être des marchandises. C’est le cas parce notre vie en dépend comme pour la santé ou pour l’eau. Ou bien parce que c’est à la base même de l’être humain comme pour l’éducation, culture ou le sport. Pour organiser ces activités, nous avons d’autres méthodes que le marché comme les services publics ou les associations. Malheureusement, l’argent étend son empire au profit de quelques uns qui s’en mettent plein les poches en nous faisant payer pour nos biens communs. Châteauroux ne fait pas exception : Gil Avérous est allé dans ce sens en faisant reculer les services publics municipaux. Il s’agit maintenant d’inverser la tendance : l’humain doit passer avant le fric !

Les 3 mesures clés :

  • Lutter contre la désertification médicale par le recrutement de médecins salariés
  • Recruter davantage d’assistants territoriaux dans les écoles maternelles et primaires
  • Rééquilibrer les subventions entre La Berrichonne de Châteauroux et les petites associations culturelles et sportives

L’ensemble des propositions :

25 – EN FINIR AVEC LES DÉSERTS MÉDICAUX : LA SANTÉ PARTOUT, POUR TOUS

  • Lutter contre la désertification médicale par le recrutement de médecins salariés
  • Créer des maisons de santé et dispensaires en lien avec les professionnels de santé et les usagers pour que celles-ci soient adaptées à leurs besoins
  • Créer un conseil local de santé mentale associant les professionnels de santé et les acteurs locaux pour développer une approche sur cette question incluant information, prévention, et soins
  • Mettre un place un plan de prévention en matière de santé publique en lien avec tous les acteurs incluant les habitudes d’hygiène, les habitudes alimentaires et de mobilité

26 – L’ÉDUCATION, NOTRE BIEN LE PLUS PRÉCIEUX

  • Recruter davantage d’assistants territoriaux (ATSEM) pour les écoles
  • Créer dans les écoles des « espaces parents » gérés par les associations de parents d’élèves
  • Créer une structure municipale de soutien scolaire et d’accueil des élèves en décrochage et exclus temporairement de leur établissement
  • Faire la cantine scolaire gratuite pour tous

27 – VIVE LA CULTURE ET LE SPORT !

  • Donner plus de moyens aux centres socio-culturels, stabiliser leurs finances et ne pas leur faire payer les charges des locaux qu’ils occupent
  • Expérimenter l’ouverture le dimanche pour la médiathèque une fois par mois avec des embauches de personnel et augmentations de salaires
  • Développer une ludothèque municipale avec des jeux vidéos et des jeux de société accessibles à tous
  • Favoriser des espaces de libre expression comme des « free wall » ou la transformation de friches industrielles en lieu des cultures urbaines
  • Rééquilibrer les subventions entre La Berrichonne de Châteauroux et les petites associations culturelles et sportives
  • Créer un pass culture et sport pour financer les licences sportives, les concerts, les livres, les expositions, etc.
  • Lancer un appel à projet pour des offres festives alternatives

28 – LA MORT N’EST PAS UN BUSINESS

  • Créer une entreprise publique de pompes funèbres pour que l’argent ne soit plus une barrière pour rendre hommage aux proches décédés

29 – L’EAU N’EST PAS UNE MARCHANDISE

  • Préparer le retour en régie publique de l’eau à la fin du contrat avec la SAUR (01/01/2028) et proposer de rompre ce contrat avant le terme par référendum
  • Proposer la gratuité des premiers mètre cubes d’eau indispensables à la vie et rendre plus chers certains usages non écologiques comme les piscines privées

30 – LOGICIEL LIBRE, OPEN DATA : CHÂTEAUROUX À LA POINTE 

  • Organiser le passage progressif aux logiciels libres pour la mairie de Châteauroux
  • Développer des formations aux logiciels libres pour les habitants
  • Développer la base de données ouverte (open data) de Châteauroux

Ça existe ailleurs et ça marche : les médecins salariés 

La désertification médicale est un problème que Châteauroux partage avec de nombreux endroits en France. C’est un obstacle majeur dans l’accès à la santé : tout simplement l’absence de professionnel de santé adéquat sur un territoire. Plutôt que de déverser des centaines de milliers d’euros dans des aides incitatives pour l’installation de médecins libéraux, de plus en plus de communes optent pour une autre solution : embaucher elles-même des médecins. C’est ce qu’a fait Saint-Pierre-des-Corps, dans la banlieue de Tours, en 2017. La même année, la commune de L’Huisserie, en Mayenne a aussi embauché un médecin. Pour le médecin, il y a des avantages : moins de paperasse que quand il s’installe comme indépendant, moins de frais et il a le droit aux congés payés, aux arrêts maladies, etc. Pour les patients aussi, c’est avantageux : pas de dépassement d’honoraire et grâce au tiers payant, pas besoin d’avancer les frais.


PLUS DE SÛRETÉ PUBLIQUE : 

La sûreté est un droit garanti par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen. Il est pourtant bafoué de bien des manières dans notre ville. Il est bafoué pour la personne qui vit dans un quartier où il y a du trafic, pour la femmes victime de violences conjugales, pour le jeune qui a peur des flashballs offerts par Gil Avérous à la police municipale, pour l’usager du bus qui subit les incivilités, etc. De plus en plus, l’insécurité va être aussi le résultat des évènements climatiques extrêmes : inondations entraînant des destructions, par exemple. Pour rétablir la tranquillité publique, ce ne sont ni les armes, ni les caméras qui pourront remplacer les humains et leurs comportements bienveillants les uns envers les autres :

Les 3 grandes mesures : 

  • Supprimer les lanceurs de balle de défense (LBD) et armes à feu pour la police municipale 
  • Ouvrir des antennes de la police municipale dans les quartiers
  • Créer une brigade municipale citoyenne composée de volontaires pour assurer des tâches de médiation, de prévention des comportements inciviques ou anti-écologiques

L’ensemble des propositions :

31 – UNE POLICE MUNICIPALE DE PROXIMITÉ :

  • Supprimer les lanceurs de balle de défense (LBD) et armes à feu pour la police municipale
  • Redéfinir les missions de la police municipale : police de proximité, rôle de médiation plutôt que de répression et élargissement des missions aux risques environnementaux
  • Ouvrir des antennes de la police municipale dans les quartiers et recruter des agents
  • Organiser, quartier par quartier, des rencontres régulières entre la police municipale et les habitants
  • Former tous les agents aux questions spécifiques aux violences sexistes et sexuelles
  • Remplacer progressivement les caméras de vidéosurveillance par la présence humaine de la police municipale

32 – LUTTER CONTRE LES COMPORTEMENTS INCIVIQUES :

  • Mettre un agent dans le bus en plus du chauffeur aux heures de pointe et la nuit pour assurer un rôle de médiation et veiller au respect des règles de civilité
  • Créer un plan de lutte contre les violences idéologiques : éducation civique, éducation aux médias, formation à l’esprit critique
  • Créer une unité de tranquillité et de médiation composée de volontaires formés et rémunérés pour assurer des tâches définies en lien avec la police municipale de médiation, de prévention des comportements inciviques ou anti-écologiques

33 – UNE VIE COMMUNE SANS NUISANCES :

  • Établir un plan d’isolation phonique pour les zones les plus concernées par les nuisances sonores liées à la vie nocturne
  • Organiser des évènements de prévention contre l’alcoolisation excessive
  • Créer en centre-ville une station nocturne accueillant le public après 2h du matin (horaire de fermeture des bars) avec des toilettes, de l’eau, de la nourriture et un accueil afin d’éviter les attroupements bruyants dans la rue
  • Mettre en place un plan municipal anti-trafic de drogue associant un volet préventif avec l’éducation nationale, les associations et les centres sociaux, un volet sanitaire avec la communauté médicale et un volet répressif avec la police nationale et municipale

34 – DES ROUTES PLUS SÛRES POUR TOUS :

  • Installer des ralentisseurs pour lutter contre les rodéos urbains
  • Installer des miroirs là où se trouvent les intersections dangereuses
  • Mettre en « zone 30 » toutes les voies sans piste cyclable

Entendu dans les quartiers : besoin de présence humaine 

Gil Avérous a soutenu pendant longtemps Nicolas Sarkozy qui est responsable de la suppression de 13 000 postes de policiers. Pour pallier la baisse de nombre de fonctionnaires, il a misé sur les machines : Châteauroux est une des ville les plus équipée en caméras de vidéosurveillance de France. Pourtant, dans les quartiers, les habitants nous ont dit leur colère face à l’inaction en matière de tranquillité. À Beaulieu, on nous a parlé d’incivilités qui restaient toujours impunies car la police ne passe jamais. À Saint-Denis, c’est des dégradations de voitures et même des cambriolages qui continuent sans que rien ne change. La solution, ces habitants la trouvaient naturellement tout seul : c’est la présence humaine. Plus d’agents, plus de rondes, voilà ce dont notre ville a besoin. Pas d’armes et de caméras.


CE QUE CE PROGRAMME VA CHANGER POUR VOUS : QUELQUES EXEMPLES 

CENTRE-VILLE :

Place aux piétons : L’hypercentre commerçant sera entièrement piétonnisé le week-end. Cette opération permettra d’améliorer le bien-vivre pour les habitants embêtés par les nuisances d’un trafic automobile dense, de lutter contre la pollution et de créer une ambiance agréable favorable à la vie de quartier. Les petits commerces, les associations y trouverons leur compte car les rues piétonnes deviendront des lieux de ballades privilégiés pour tous les castelroussins.

Une maison du peuple à l’espace Jean Racine : Actuellement, ce magnifique bâtiment d’un point de vue architectural est laissé à l’abandon pour sa plus grande partie. Nous le rénoverons pour en faire une véritable maison du peuple. Ses locaux seront ouverts aux syndicats, aux associations et à tous les collectifs citoyens qui défendent une cause d’intérêt général. Nous ferons de cet espace un lieu ouvert d’échanges, de débats et de construction des mobilisations citoyennes.

SAINT-JEAN ET SAINT-JACQUES : 

Renouveau pour le centre socio-culturel : Depuis bientôt deux décennies, les centres sociaux et maisons de quartier de Châteauroux sont les otages des majorités de gauche et de droite qui en font l’objet de leurs luttes politiciennes. Nous avons un plan pour augmenter les moyens de ces centres et leur garantir une stabilité de leurs finances sur plusieurs années. C’est indispensable pour qu’ils puissent vraiment répondre aux besoins des habitants, recruter plus de personnels, proposer plus d’activités pour les jeunes et les moins jeunes à des horaires comptables avec les emplois du temps de tous, ouvrir le week-end, etc.

Maintenir et améliorer la piscine Firmin Batisse : Depuis 2017, la piscine Firmin Batisse ferme les mois d’été. Pourtant, c’est le moment où elle serait le plus utile. Avec les canicules de plus en plus fréquentes, les habitants ont bien besoin de cet équipement pour se rafraichir. Mais Gil Avérous la laisse à l’abandon. Nous proposons de rénover la piscine, de baisser les prix pendant les périodes de fortes chaleurs et de la maintenir ouverte toute l’année.

BEAULIEU :

Des bus le dimanche : Le dimanche, on doit pouvoir se déplacer. Les habitants doivent pouvoir profiter de ce jour chômé pour aller voir leurs proches qui habitent dans d’autres parties de la communes ou de l’agglomération. Les jeunes doivent pouvoir accéder à des lieux de loisir, comme le parc de Belle-Isle. C’est pourquoi nous augmenterons l’offre de bus le dimanche.

Une mairie réactive auprès des bailleurs HLM (Scalis, OPAC) : Pour améliorer leur vie quotidienne, les locataires HLM de Beaulieu ont besoin que leur bailleur règle mieux et plus vite les problèmes. C’est le cas pour la propreté du quartier, un domaine où la ville et les bailleurs se renvoient la balle des responsabilités et finalement rien ne se passe. Certaines personnes vivent dans des appartements qui ont des problèmes d’humidité, d’isolation ou de cafards. Il y aussi des dégradations dans certaines cages d’escaliers. Nous organiserons régulièrement des réunions entre les habitants, le bailleur social et la mairie pour que les problèmes soient remontés et traités.

VAUGIRARD ET SAINT-CHRISTOPHE : 

Une supérette municipale : aujourd’hui, le quartier manque de petits commerces. Beaucoup d’habitants sont obligés d’aller jusqu’au Leclerc à Saint-Maur pour faire leurs courses. Cette situation n’a que des inconvénients. Pour les gens qui habitent le quartier, cela oblige à prendre sa voiture pour faire des courses alimentaires. Cela donne un monopole à la grande distribution dont le modèle n’est pas soutenable écologiquement et ruine les paysans français. La municipalité sera donc à l’initiative de l’installation d’une supérette au coeur du quartier qui permettra à tous de se fournir facilement en produits locaux, de qualité et bons marchés.

Des espaces verts sur le terrain de l’usine Spatz : Là où se trouvait l’usine Spatz il y a maintenant un terrain vague. Il faut le rendre aux habitants et en faire en lieu emblématique de l’ambition de Châteauroux d’être la ville la plus végétalisée de France. Dans le cadre de notre objectif « 5000 arbres de plus » nous y planterons avec les habitants différentes variétés d’arbres. Une partie du terrain pourra aussi être consacrée à l’installation de potagers et vergers partagés afin que ceux qui n’ont pas de jardin chez eux aient la possibilité de cultiver leur petite parcelle.

GRANDS-CHAMPS ET TOUVENT : 

Rénover sa maison et réduire la facture de chauffage : Dans le quartier, beaucoup de gens sont propriétaires d’une maison. Ce n’est pas pour autant qu’ils roulent sur l’or : ils ont économisé et emprunté à la banque pour pouvoir avoir leur propre logement. La facture de chauffage représente un coût élevé et qui peut les mettre en difficulté la fin du mois. Il y a une solution simple : faire des travaux pour améliorer l’isolation de sa maison. C’est de plus indispensable pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le changement climatique. Il existe des aides via l’Etat, le département, la région ou l’agence nationale de l’habitat. C’est difficile d’y voir clair. Et même quand on les cumule, ce qu’il reste à payer est parfois encore trop cher. La mairie guidera les habitants pour savoir à quelles aides ils ont droit et complétera pour atteindre le cout total des travaux.

Un centre de santé : Le quartier des Grands Champs subit de plein fouet la disparition des services publics, notamment avec la fermeture du bureau de poste. Nous proposons au contraire d’implanter un service public de proximité avec un centre de santé. Les habitants de ce quartier comme ceux de toute la ville ne doivent plus subir la galère pour avoir un rendez-vous médical. Et ce n’est pas le rôle des urgences de Châteauroux de combler le manque de médecine de ville. Dans ce centre de santé, il y aura plusieurs professionnels de santé de spécialisations différentes. Les dépassements d’honoraires seront interdits et les patients n’auront pas à avancer les frais grâce au tiers payant.

SAINT-DENIS ET LE FONTCHOIR : 

Plus de présence humaine de la police municipale : Depuis 6 ans, Gil Avérous privilégie les gadget de communication à l’efficacité en matière de sûreté : LBD pour les policiers municipaux et caméras de vidéosurveillance. Ces dispositifs sont de plus dangereux pour les libertés publiques. Parallèlement, le quartier est toujours victime régulièrement et vols et dégradation de véhicules. La solution est dans un commissariat de quartier de la police municipale, avec plus de ronde. Une vrai police de proximité pour plus de tranquillité dans le quartier.

Aller dans le centre-ville à vélo : Saint-Denis ou le Fontchoir, c’est près du centre-ville. Pourtant, beaucoup d’habitants choisissent la voiture plutôt que le vélo pour s’y rendre. Bouchons, pollutions, nuisances sonores : ils ne le font pas par plaisir ! Il faut adapter la circulation pour les vélos. Les grands axes comme la rue de Strasbourg ou le boulevard Saint-Denis auront d’un bout à l’autre une piste cyclable. Et les petites rues seront passées en « zone 30 » pour la sécurité des cyclistes.