CHATEAUROUX CITOYEN

Retrouvez ci-dessus notre émission de chiffrage du programme et ci-dessous les éléments utilisés pour réaliser cette émission.

1- Augmenter la dépense publique utile au bien-être :

Le programme « Châteauroux, commune du peuple » comporte, dans ses 6 chapitres 34 propositions et 153 actions.

Toutes ces actions correspondent à la fois aux compétences de la commune et de la communauté d’agglomération, Châteauroux métropole. C’est logique, car les élections des 15 et 22 mars prochains serviront à la fois à élire le conseil municipal et le conseil communautaire.

Aujourd’hui, les budgets cumulés de la ville et de l’agglomération représentent une masse de 188,1 millions d’euros par an.

Nos propositions conduiront à ajouter 19,3 millions de dépenses publiques au bout de 6 années de mandat
= une croissance de 10,2% en 6 ans
= une croissance moyenne des dépenses de 1,7% par an
C’est un peu moins que la moyenne des dépenses des collectivités ces dernières années (environ 2%)

Ce sont les dépenses d’investissements qui augmenteront le plus :
Investissement : +10,1 millions d’euros = 20% de croissance sur 6 ans
Fonctionnement : +9,2 millions d’euros = 6% de croissance sur 6 ans

Dans le détail :

Dépenses aujourd’hui Application « Châteauroux, commune du peuple » Evolution sur 6 ans Taux de croissance annuel moyen
Ville Fonctionnement 68,1 millions d’euros 7,5 millions d’euros + 11% +1,8 %
Ville Investissement 23,6 millions d’euros 6,5 millions d’euros + 27,5% + 4,6%
Agglomération Fonctionnement 70 millions d’euros 1,7 million d’euros + 2,4% + 0,4%
Agglomération Investissement 27 millions d’euros 3,6 millions d’euros + 13,3% + 2,1%
Total 188,1 millions d’euros 19,3 millions d’euros + 10,2% +1,7%

Le programme « Châteauroux, commune du peuple » ne présente aucune difficulté particulière de financement : il prévoit une croissance normale et saines des dépenses publiques. En effet, ce programme ne propose pas de dépenser en pure perte comme a pu le faire Gil Avérous en mettant 34 millions d’euros dans la méga-piscine Balsanéo qui ne profitera pas aux Castelroussins, ou le soit disant parc d’activités d’Ozans. Au contraire, les dépenses que nous proposerons iront dans la poche des Castelroussins, amélioreront leur bien-être, rempliront les carnet de commandes des producteurs locaux, etc. C’est de l’argent bien dépensé : pour améliorer le quotidien et enclencher une dynamique économique positive et profitable à tous.

2- Les plus grosses dépenses du programme :

Les dépenses d’investissements sont par nature unique : un même investissement n’est pas répété chaque année. Une fois qu’une piste cyclable est installée, la dépense d’investissement disparait. Pour cette raison, nous avons estimé leur coût moyen sur 6 ans = coût total / 6. Bien sûr, cela ne correspond pas exactement au coût dépensé chaque année : certains investissements se font en une fois, d’autres sont étalés sur la durée du mandat.

Les 5 plus grosses dépenses d’investissements du programme « Châteauroux, commune du peuple » :

I – Augmenter le nombre de pistes cyclables et rénover celles qui existent en les rendant plus pratiques et plus sûres :

Coût total : 14,4 millions d’euros soit en moyenne 2,4 millions d’euros par an sur le mandat

Le coût moyen d’un km de piste cyclable sécurisé et séparée du reste de la chaussée est de 320 000 euros. Aujourd’hui, il y a 45 km de piste cyclable à Châteauroux. Pour passer à 100 km, il faut donc dépenser 55 x 320 000 = 14,4 millions d’euros

II- Réserver une part dédiée du budget d’investissement pour rendre la ville accessible partout pour les personnes en situation de handicap :

Coût total : 9 millions d’euros soit en moyenne 1,5 millions d’euros par an sur le mandat

1,5 millions d’euros par an = 5% du budget d’investissement de Châteauroux (en comptant l’application de notre programme)

III – La rénovation thermique des bâtiments :

Coût total : 8 millions d’euros soit en moyenne 1,3 millions d’euros par an sur le mandat

Cette dépenses réunit deux actions du programme
D’une part, « Rénover les logements des propriétaires modestes en aidant ces derniers à faire les démarches pour obtenir des aides publiques et porter l’ensemble de ces aides à 100% en les complétant au niveau municipal ». Le coût moyen d’une rénovation thermique pour un logement selon l’Admet est de 10 000 euros. Le reste à charge moyen des 25% les propriétaires les plus pauvres est de 25% après aides publiques, soit 2500 euros. Si on aide 20% des propriétaires de Châteauroux en 6 ans (2000 foyers), il faut 5 millions d’euros.
Les 3 millions restant seront consacrés à la rénovation des bâtiments publics.

IV – Créer des maisons de santé et dispensaires en lien avec les professionnels de santé et les usagers pour que celles-ci soient adaptées à leurs besoins :

Coût total : 4 millions d’euros soit en moyenne 650 000 euros par an sur le mandat

Ce coût inclut la rénovation des locaux, l’achat de matériel médical. Il se base sur des expériences similaires menées dans d’autres communes.

V- Mettre en place d’une production municipale d’hydrogène pour fournir les bus ainsi que l’ensemble des véhicules de la ville :

Coût total : 3,4 millions d’euros soit en moyenne 560 000 euros par an sur le mandat

C’est le coût pour installer station qui produit 100 à 200 kgH2/jour, de quoi alimenter une flotte de bus

Mais aussi :

– Rénover le centre d’accueil pour les demandeurs d’asile : 3 millions d’euros (500 000 / an)
– Créer une régie municipale d’exploitation agricole et embaucher des paysans salariés pour cultiver en bio et en permaculture les terrains municipaux : 2 millions d’euros (333 000 euros / an)
– Respecter la « règle bleu », c’est à dire permettre aux eaux pluviales et aux cours d’eau de s’écouler autant que possible sans enfermement dans des canalisations : 3 millions d’euros (500 000 euros / an)

Les 5 plus grosses dépenses de fonctionnement du programme « Châteauroux, commune du peuple » :

I- Approvisionner la cantine municipale en bio et local et la rendre gratuite pour toutes les familles :

Coût annuel : 1,3 millions d’euros

Il a été montré par l’expérience qu’il était possible de passer en bio sans augmenter le coût de revient d’un repas. Aujourd’hui, il y a 300 000 repas servis / an pour les scolaires à Châteauroux.Il faut compter une croissance de 10% à cause de la gratuité soit 330 000 repas servis par an. La participation maximale des familles aux repas aujourd’hui est de 3,90 euros par repas. Donc 330 000 x 3,9 = 1,3 millions d’euros (c’est une estimation large car certains tarifs sont moins élevés).

II – Faire rentrer Châteauroux dans l’expérimentation « territoire zéro chômeur de longue durée » :

Coût annuel : 1 million d’euros

L’expérimentation « territoire zéro chômeur » existe depuis 2016 dans quelques dizaines de collectivités. Un retour sur expérience détaillé a été publié sous forme d’un livre (« Zéro chômeur ! 10 territoires relèvent le défi », de Claire Hédon, Didier Goubert et Daniel Le Guillou). Le coût moyen restant par emplois à payer pour la collectivité est de 5000 euros. Nous nous fixons l’objectif de fournir un emploi à 200 chômeurs de longue durée. Soit 5000 euros. Un certains nombre de ces emplois servirons dans des projets de notre programme (régie agricole municipale, supérettes municipales, etc.). Dans ce cas, le coût des postes n’est pas compté une deuxième fois, évidemment.

III – Recruter davantage d’assistants territoriaux (ATSEM) pour les écoles :

Coût annuel : 900 000 euros

Il y a 18 écoles maternelles à Châteauroux. Nous recruterons un équivalent temps plein (ETP) supplémentaire par école, soit 900 000 euros (voir annexe pour explication du coût unitaire retenu pour un emploi).

IV – Créer un bouclier municipal anti-Macron : la ville et le CCAS compenseront toutes les coupes décidées par Macron depuis 2017 dans les APL :

Coût annuel : 780 000 euros

La coupe Macron dans les APL représente pour un allocataire 60 euros par an. Il y a 13 000 foyers allocataires APL à Châteauroux, d’où une dépense de 780 000 euros par an.

V – Augmenter la fréquence des bus et revoir leur tracé en concertation avec les habitants :

Coût annuel : 500 000 euros

Nous comptons ici le recrutement de 10 chauffeurs (ETP) supplémentaires pour les 12 lignes qui existent.

Mais aussi :

– Donner plus de moyens aux centres socio-culturels, stabiliser leurs finances et ne pas leur faire payer les charges des locaux qu’ils occupent : 500 000 euros / an
– Déployer des annexes de la mairie dans les quartiers : 350 000 euros / an
– Ouvrir des antennes de la police municipale dans les quartiers et recruter des agents : 350 000 euros / an
– Créer dans les quartiers des supérettes municipales pour remplacer les commerces disparus : 250 000 euros / an

3 – Comment on finance ?

Les budgets des collectivités territoriales sont séparées en deux catégories : fonctionnement et investissement. Les dépenses de fonctionnement, c’est-à-dire les dépenses courantes et régulières ne peuvent pas être financées par l’emprunt, contrairement aux investissements.

Fonctionnement : 9,2 millions d’euros

Les recettes fiscales : 6 millions d’euros

Le programme « Châteauroux, commune du peuple » peut faire rentrer plus d’impôts locaux sans en augmenter le taux. Nous n’augmenterons pas les impôts pour les Castelroussins.

Il y a 49 millions d’euros de recettes fiscales par an qui sont sensibles à l’activité économique et à la population : la taxe foncière et d’habitation, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, la taxe sur les surfaces commerciales, la cotisation foncière des entreprises.

Notre action va faire croitre l’activité économique, le chiffre d’affaire des entreprises de la ville et de l’agglomération, la valeur ajoutée produite.

Quelques exemples :

– Les supérettes municipales produiront des recettes fiscales en taxe sur les surfaces commerciales, cotisation sur la valeur ajoutée et cotisation foncière des entreprises.

– Les 8 millions d’euros que nous comptons investir dans la rénovation thermique profiteront avant tout à des PME locales et des artisans (nous conditionnerons notre aide aux propriétaires modestes au recours, dès que c’est possible à des entreprises locales). De même pour les 5% du budget d’investissement que nous réservons pour rendre la ville 100% accessibles ou les 14,4 millions pour faire des pistes cyclables. Les entreprises qui profiteront de ces investissements verront leurs chiffres d’affaire augmenter et contribueront donc davantage tout en gardant le même taux d’imposition.

Notre programme peut aussi inverser la décroissance démographique de la ville (-0,3% par an en moyenne depuis 2007). Quelques exemples :

– Le retour de médecins dans les quartiers grâce à la politique des médecins salariés et à l’ouverture de maisons de santé est un facteur décisif pour attirer des gens, et inciter les jeunes à rester à Châteauroux.

– Reformater la cité du numérique pour en faire un cluster du jeu vidéo est aussi un beau projet susceptible de donner envie aux jeunes de vivre à Châteauroux.

– Il demeure à Châteauroux du foncier pour construire de l’habitat, ne le gaspillons pas en réalisant des lotissement de pavillons individuels sur des terrains de + de 1 000 mètres carrés, comme le fait aujourd hui la mairie. Avec de l’habitat semi-collectif, plus adapté pour des jeunes familles, nous pouvons aussi gagner plus de nouveaux arrivants.

=> Nous comptons augmenter de 12% les recettes fiscales sensibles à l’activité économique et à la population, soit une croissance moyenne de 2% par an. Cela correspond à l’augmentation moyenne des recettes fiscales des collectivités territoriales pour l’année 2018 (+2,1%). Nous le ferons sans augmenter les impôts des Castelroussins.

Les économies : 3,2 millions d’euros

L’application du programme « Châteauroux, commune du peuple » ne génère pas que des dépenses. Il est aussi source d’économies. Au total, il s’agit de plus de 3 millions d’euros. Par exemple :

– Supprimer la voiture avec chauffeur à la disposition du maire : 50 000 euros d’économies par an

– Ces cinq dernières années, nous avons dépensé en moyenne 1,8 millions d’euros par an pour Ozans. C’est un échec cuisant : moins d’une dizaine d’emploi. Nous pouvons récupérer de l’argent et surtout arrêter d’en dépenser : 1,8 millions d’euros d’économies par an

– Nous passeront les bus de l’agglomération en régie publique à la fin du contrat avec Keolis (2021). La marge brut moyenne que prend Keolis pour ses activités de transport est de 20%. Appliqué à Châteauroux, nous pouvons économiser 600 000 euros par an de marge non versée à cette filiale privée de la SNCF.

– Nous comptons végétaliser la ville pour la rendre plus supportable en cas de canicule. Cela suppose de laisser les branches hautes des arbres former un « couvert végétal » au dessus de la chaussée pour créer de l’ombre. C’est une économie de 100 000 par an sur la taille.

– D’autre économies n’ont pas été chiffrées comme l’effet des jurys citoyens sur les marchés publics ou le passage aux logiciels libres pour tout le matériel informatique.

Investissement : 10,1 millions d’euros

L’endettement : 6,1 millions d’euros

Aujourd’hui, c’est le moment de s’endetter. Les taux d’intérêts ont atteint des niveaux historiquement bas. Jamais nous n’avons pu emprunter aussi bon marché et jamais plus nous ne le pourrons probablement. Notre programme propose de profiter de cette conjoncture pour réaliser les investissements nécessaires à la bifurcation écologique.

L’encours de la dette de Châteauroux est de 39 millions d’euros soit 884 euros / habitant. La moyenne des villes de la taille de Châteauroux est de 1060 euros / habitant.

L’encours de la dette de Châteauroux métropole est de 10,9 millions d’euros soit 148 euros / habitant. La moyenne des agglomération de la même taille est de 231 euros / habitant.

=> Nous proposons d’emprunter à hauteur de seulement 43% de nos capacités.

Les subventions et participations : 4 millions d’euros

Les subventions et participations correspondent à des projets co-financés par la région, le département ou des fonds européens.