CHATEAUROUX CITOYEN

Il nous reste 12 ans pour changer nos manière de produire, de consommer et d’échanger afin de contenir le changement climatique. Notre ville doit prendre sa part dans ce gigantesque défi. Le temps des petits pas et des demi-mesures est dépassé : c’est d’une mobilisation générale dont nous avons besoin. Il faut permettre à chacun d’adopter les modes de vie respectueux de la planète et contraindre les intérêts privés et financiers qui agissent contre notre avenir.

Dans cette section, vous pouvez proposer des idées sur :
– les transports en commun
– le vélo
– l’aménagement de la ville
– les plastiques
– les déchets
– les pesticides
– l’agriculture biologique
– la condition animale
– l’alimentation
– les jardins partagés
– les espaces verts et la nature dans la ville
– …

Déposer une contribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En déposant une contribution, je soutiens la démarche « Châteauroux citoyen » et autorise l’envoi d’informations à ce sujet sur mon mail

Les contributions

38 commentaires

  1. Je propose que le maire applique le décret ci dessous concernant le déplacement en vélo en zone 30Km/h.
    Le décret du 30/07/2008 modifie les conditions de circulation dans les «zones 30» pour une circulation plus sécurisée de tous. Les modifications apportées par le décret du 30/07/ 2008, publié au Journal officiel du 1er août, visent à permettre un meilleur partage, plus équilibré, de l’espace public entre toutes les catégories d’usagers à l’intérieur des zones 30 et à favoriser une circulation apaisée. Ainsi, les dispositions du décret visent à faciliter la traversée de la chaussée pour les piétons et la circulation à vélo, qui pourra se faire dans les deux sens des chaussées à sens unique, sauf dispositions différentes prises par l’autorité détentrice du pouvoir de police de la circulation.

  2. Développer au sein de tous les quartiers de Châteauroux l’implantation de jardins partagés. Accompagner les habitants à s’organiser, répartir les tâches et bien entendu les récoltes.

  3. Participer et soutenir largement les manifestations écologistes ou pour le climat, que les élus soient systématiquement présents lors de celles-ci. Que les réseaux sociaux officiels de la ville participent également à la communication de ces évènements pouvant alors être mêmes organisés par la municipalité.

  4. VERDIR LA VILLE – Je propose qu’on agisse de manière radicale pour le verdissement de la ville partout où c’est possible en plantant des arbres (quitte, même, à boucher des parkings souterrains qui rendraient la chose impossible, comme celui sous la place de la mairie). D’ici 2050, avec le changement climatique, les villes qui n’auront pas pris à temps des mesures de verdissement pourraient être invivables. Les arbres rafraichissent l’air par l’ombre qu’ils créent et par le phénomène d’évapotranspiration. Ils sont aussi positifs pour maintenir une biodiversité en ville.

  5. INTERDIRE LES PESTICIDES ET DÉVELOPPER UNE AGRICULTURE MUNICIPALE – La mairie de Châteauroux dispose de terres agricoles qu’elle loue à l’un des plus gros exploitants agricoles du département. Je propose que la mairie cesse cela et cultive elle-même les terres, soit avec des agriculteurs municipaux, soit dans un partenariat avec le lycée agricole, soit en passant des contrats avec de petits exploitants agricoles qui s’engageraient à respecter des normes sociales et environnementales élevées. Le but : produire sans pesticides, local, obtenir un label bio et alimenter la cantine centrale de Châteauroux.

  6. Entre la forêt domaniale au Sud et la vallée de l’Indre à l’Est et au Nord, le territoire urbain castelroussin est fortement contraint dans sa gestion complexe du pluvial : mis à part la bordure de vallée, ce territoire est très plat et ne dispose plus de ses exutoires “naturels” (ruisseaux). Contrainte dans un carcan “technique” (fossés recalibrés/busage/bassins de rétention) l’eau issue du ciel exprime naturellement sa révolte en sortant régulièrement de son “cadre” étriqué (dès que la pluie dépasse 50mm) : en s’enfermant dans la logique du tout béton /tout goudron on ne maîtrise rien et on ne peut répondre aux problèmes qu’avec des solutions temporaires et extrêmement onéreuses….sachant que le pluvial (contrairement à l’eau potable et à l’assainissement) ne dispose pas d’un budget propre et est de la responsabilité de chaque commune alors que les bassins versants se fichent pas mal des limites administratives…
    Je propose que nous fassions de cette thématique une base de réflexion citoyenne ( mon logement/mon jardin et/ou mes espaces verts /ma rue/mon quartier/ma cité/mon bassin versant) en essayant d’appliquer la “règle bleue” (laisser à l’eau la place qui lui est nécessaire pour son “expression”) et en proposant une planification écologique adaptée… (ouvrez la cage aux oiseaux, regardez-les s’envoler c’est beau, les enfants, si vous voyez des petits oiseaux prisonniers, ouvrez-leur la porte vers la liberté …)

  7. Travailler à ce que Châteauroux soit précurseur dans les cantines bio et circuit court.
    Que les produits ainsi transformés puissent bénéficier aussi aux maisons de retraites mais également à tous les castelroussins qui le souhaiterai par portage de repas.
    Ce serai un exemple pour les communes du département qui pourrai imiter ou adhérer à la démarche.

  8. Il faut adapter les horaires des bus de l’agglomération aux horaires des correspondances des lignes TER et INTERCITES.

    REFUSER LA PRIVATISATION DE LA LIGNE POLT.

    Augmenter le nombre de ligne de bus et pourquoi les prolonger dans les villes de plus de 5000 habitants de l’Indre (Issoudun, La Chatre, Argenton et Le Blanc).

  9. Toute nouvelle route se doit d être construite avec la problématique du vélo.

    Aucune route santé piste cyclable.

  10. Ne pourrions nous pas installer une ligne de navettes entre Châteauroux et les petites villes des alentours pour permettre aux ruraux de se déplacer pour les démarches importantes et/ou aller à l’hôpital sans être obligés de prendre des taxis ? Cela serait bien pour les gens (économies) et l’écologie (moins de déplacements et stationnement) Faire payer le trajet aller et retour à un prix raisonnable et établir deux jours par semaine et des horaires à étudier

  11. Obligation de créer une surface arborée à chaque construction ou aménagement de voirie.

    Le Plan Local d’urbanisme de Châteauroux prends déjà en compte cet aspect écologique mais ne semble pas être suffisamment ferme :
    “Article Ua13 – Obligations imposées aux constructeurs en matière de réalisation d’espaces libres, d’aires de jeux et de loisirs, et de plantations
    13.1. Tout projet de construction entraîne l’obligation de traiter en espace vert les espaces libres, déduction faite des voiries et dessertes.
    13.2. Un traitement perméable des voiries et dessertes internes sera à privilégier (sablage, dallage, pavage, etc.) aux bitumes et enrobés.
    13.3. Les projets de constructions doivent être étudiés dans le sens d’une conservation des plantations existantes ou du remplacement de celles supprimées.
    13.4. Il est obligatoire d’employer des films anti-racinaires en milieu urbain pour les arbres pouvant endommager des ouvrages (réseaux, infrastructures, etc.), tels que les peupliers et les arbres à racines traçantes.
    Article Ua14 – Coefficient d’occupation du sol
    14.1. Il n’est pas fixé de règle. ”
    Comme vous pouvez le remarquer cet article n’impose pas de pourcentage à consacrer à l’aménagement de surface arborée dans le terrain à construire … Rien n’interdit au constructeur de transformer les 100% de terrain en un bloc de béton…
    Ma proposition serait donc de modifier les articles du PLU pour rendre obligatoire le reboisement ou la création d’une zone arborée à chaque projet de construction ainsi que dans l’aménagement ou la création d’espaces publics.

  12. Bonjour pourquoi ne pas faire pour le réseau de bus de la ville un systeme de carte que l’on passerai avec un code bar à l’entrée du bus un moyen sans payer de juste passer la carte devant un lecteur pour valider notre montée à bord pour calculer le nombre de voyage par ans et aussi faire d’autre nouvelle ligne pour les gens genre qui habite brion ou au alentour car comme sa les gens pourrai se déplacer plus facilement un système de bus comme les scolaire mais entièrement customiser horizon bus un moyen de faire venir les gens jusqu’à la ville et aussi je pense que refaire l’es quai des bus place voltaire avec de nouveau pavé pour une meilleure visibilité et donner un autre aspect à cette place et à ses quai et pourquoi pas ne faire dans les arrête de bus de la ville des petit écran avec les horaire inscrit dessus comme à tous par exemple sa serai mieux que des affiche sa serai un moyen de mieux comprendre les horaire car dés personne ne comprennent pas les horaire et demande parfois de l’aide un système d’écran quand l’es arrêt de bus de la ville serai un bon moyen d’y voir plus claire à mon sens

  13. Si possible, de faire en sorte que les nouvelles construction (pavillon, petit immeuble…) soient équipé obligatoirement de panneaux solaire pour l’eau chaude sanitaire, de cuve enterrée pour capter l’eau de pluie (toilette, jardin…), si possible de panneaux photovoltaïque….

  14. Même si différents quartiers beneficient d’importants espaces verts et si de nombreuses habitations disposent de jardins privatifs, l aménagement des quartiers du centre ville devrait systématiquement comporter des espaces publics de repos vegetalises.
    L exemple de l aménagement de l îlot des 100 000 chemises montre le manque dans ce domaine. Bien sûr ces surfaces ont un coût puisque non construites, mais ces espaces ponctuant les quartiers sont vecteurs de confort, de lien social. La grande plaine intercommunale de “Belle Île” avec ses modes de gestion et amenagements differents, à bien sûr tout son intérêt, mais ne doit pas faire oublier, occulter le nécessaire verdissement du centre.
    Aussi, les essences fruitières doivent être choisies pour toutes nouvelles plantations d arbres et d arbustes.
    Après l apparition de roses trémières et aux plantes sur les trottoirs, encourageons la vegetalisation des façades ( la vigne vierge par exemple n a jamais dégradé une façade)

  15. TRANSPORTS EN COMMUN :
    – Augmenter les fréquences des bus dans tous les quartiers (Saint-Christophe par exemple, 1 bus / heure. Ce qui encourage malheureusement les habitants à utiliser leur automobile)
    – Mutualiser certaines lignes (Ligne Vaugirard avec celle de Saint-Christophe par exemple)
    – Service de nuit du jeudi au samedi (lignes circulant sur le réseau de bus après 21h :
    pour répondre à certaines problématiques comme le sentiment d’insécurité féminin)
    – Bus + écologique (électriques / hybrides)

  16. Libre-service vélos
    Un vélo 24h sur 24 et 7 jours sur 7 à emprunter dans des stations reparties sur le territoire et à restituer dans la station de votre choix (cf : modèle Yélo – La Rochelle)

  17. Nous pourrions commencer par les cantines scolaires, en introduisant une nourriture bio et surtout locale qui ferait la part belle au petite entreprise de proximité.
    Développer les pistes cyclables dans le.centre-ville et reduire les boulevards à une seule voie pour créer du stationnement ainsi qu’une voie pour les déplacements verts.

  18. Obliger les restaurants à trier leurs déchets, sec et humides, tout le gâchis alors qu’on pourrait faire des grands compostes..

  19. Ce qui serai bien à l’avenir c’est d’améliorer le Carrefour devant la banque populaire place voltaire en faire si possible un mini rond point ou autre pour améliorer ce carrefour dangereux

  20. Pour une alimentation plus saine, pour donner la possibilité de bénéficier d’un supplément à manger aux plus démunis qui le souhaitent , pour donner un lieu de partage et convivial aux gens de mon quartier (de chaque quartier) je voudrais que chacun d’eux bénéficient de jardins partagés, et soient aidés par la ville, au moins au départ, pour mettre en route cet autre manière de vivre ensemble.

  21. Pratiquant le vélo taf mais aussi le vélo loisir en famille, ou pour mes déplacements courts, j’hésite parfois à l’utiliser pour venir en centre ville d’une part par manque de voies cyclable dans cette zone mais aussi et surtout car le stationnement des cyclo n’est absolument pas sécurisé, trop peur de le laisser hors de ma vie et de me le faire vandalisé ou volé.

  22. Je propose que chaque quartier bénéficie d’espaces intergénérationels (un ou plusieurs selon la configuration des quartiers), avec sanitaires écologiques, point(s) d’eau de récupération (recyclée), un endroit où faire des grillades, un espace de pétanque, d’espaces ombragés, une fontaine (comme la dernière installée en centre ville) non seulement pour l’embellissement mais aussi pour se rafraichir lors d’épisodes caniculaires notamment.

  23. J’ai participé à la collecte de mégots dans le centre de CTHX le 24.08.19, lors de celle-ci un sac de 3Ol en a été rempli ras bord. Tout cela à une petite 20e de participants et en tout juste 2 heures. Partant, la mise en place dans la ville de Collecteurs de mégots avec affichette jointe à chacun d’eux pourqui expliquer la pollution de l’eau par les mégots, m’apparait indispensable. Ca existe dans d’autres villes et celles là sont PROPRES.

  24. Il serait intéressant de réfléchir à une sécurité environnementale, une sorte de police environnementale :
    En effet, je constate que malgré les arrêtés préfectoraux , certains ont des pelouses vertes, des fleurs ou des potagers abondants. En discutant avec des personnes, j’entends: « on n’a pas le droit, je prends le gauche, je ne vais pas perdre mes tomates »
    Bref, je suis mécontente d’entendre cela et je suis convaincue qu’une « sanction » pourrait faire évoluer les mentalités et restreindre (voire stopper) les utilisateurs d’eau , les gens qui jettent leurs déchets au sol, ceux qui ne trient pas leurs déchets, ceux qui déversent des produits chimiques dans la rivière, etc…

  25. Bonjour, je propose de diminuer voire supprimer la pollution lumineuse en programmant l’extinction de tout ou partie des réverbères à partir d’une certaine heure. Ce qui permettrait aussi de faire des économies. Mais aussi le changement des éclairages publics par des réverbères dont la lumière est dirigée au sol.

  26. Réduire le gaspillage alimentaire dans les offices de restaurations (cantines scolaires)
    Trier les déchets secs et humides, circuit court et bio.

  27. “Moins de béton, plus de végétal” Pourquoi autant d’importance pour le végétal dans une ville qui reste rurale et qui possède des parcs tels que Belle-Isle ou Balsan?
    Nous avons pu constater durant l’été dernier une grosse concentration de chaleur lors des canicules. La végétation dans son ensemble, outre son aspect décoratif, a de multiples utilités notamment son efficacité contre la chaleur écrasante des canicules.

  28. Je propose d’interdire la présence d’écrans et panneaux numériques publicitaires dans l’espace public afin de réduire la pollution visuelle nocturne et la surconsommation électrique issue de ces technologies.

  29. La question du traitement et de la gestion des déchets est l’un des éléments majeurs de l’emprunte écologique de notre civilisation. Elle est également devenu un enjeu économique important et un marché corolaire au développement de l’obsolescence programmé. Ainsi pour les intérêts capitalistes, il est plus intéressant de produire et de valoriser économiquement par le recyclage les déchets que de travailler et d’encourager les législations et réglementations stoppant les logiques d’obsolescence programmé des appareils ou encore par exemple supprimant le suremballage producteurs de déchets.

    Si les collectivités territoriales communales et intercommunales ne peuvent pas directement influer sur la législation, elles peuvent contribuer d’une part à sortir le traitement et la gestion des ordures ménagères des logiques capitalistes et d’autre part réduire l’emprunte écologique de ce secteur.

    Pour ce faire nous devons notamment donner comme mission au Syndicat mixte de Traitement des Ordures Ménagères, SYTOM, de travailler à la création d’une ressourcerie où un partenariat avec les entreprises d’insertion par le travail peut être envisagé. Afin de poursuivre cette volonté de donner une seconde vue au appareil et objet plutôt que de les jeter, il pourrait être envisageable d’intégrer au SYTOM un espace de FabLab potentiellement en partenariat avec l’association déjà existante.

  30. La ville et l’intercommunalité doivent poursuivre leur politique d’acquisition foncière en la renforçant dans une logique de maintient de la propriété publique foncière. Cette politique ne doit plus avoir comme objectif de réserver ce capital foncier à une urbanisation future couteuse en consommation d’espace agricole et en artificialisation des sols mais doit permettre une gestion et un contrôle de la ressource foncière de la ville protégeant notamment notre commune de la spéculation foncière. Elle doit également être un vecteur de protection écologique des sols et de la biodiversité. Enfin elle doit permettre à la collectivité d’être un levier dans la constitution d’une filière agricole biologique locale.

  31. Afin d’organiser et d’accompagner la constitution d’une filière agricole et maraîchère biologique locale, la collectivité doit impulser la création d’une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) réunissant les collectivités locales volontaires (en tant que propriétaires foncier, exploitant agricoles mais aussi en tant que responsable des unités de production culinaire),les salariés de la filière, les producteurs bio locaux déjà existant, le lycée agricole, les consommateurs et leurs associations, les chambres consulaires, les syndicats agricoles volontaires, les partenaires financiers et tous ceux souhaitant développer cette filière d’intérêt général.

  32. La transition énergétique est un des leviers majeurs dans la planification écologique. Les énergies renouvelables comme la géothermie deviennent des alternatives importantes aux énergies fossiles. La ville doit devenir moteur en privilégiant les énergies renouvelables dans la construction de ses nouveaux équipements.

  33. Châteauroux, ville Zéro carbone !! Appliquer la règle verte sur le plan local !

    La ville de Châteauroux et son agglomération doivent s’engager à devenir un territoire présentant un bilan zéro carbone d’ici 2040 pour relever les défis environnementaux, lutter contre le dérèglement climatique et préserver la qualité de vie. Il s’agit d’afficher un bilan neutre. Un équilibre entre la quantité de dioxyde de carbone qu’on émet et la capacité de la nature et des hommes à capter et stocker le CO2. L’idée est de développer les bus électriques, promouvoir la marche à pied, le vélo et le train. Sans oublier la végétalisation urbaine, la préservation des parcs castelroussins…

  34. Développer des potagers urbains soit sous la forme de jardins collectifs (low-tech) ou de fermes verticales (high-tech) qui utiliseraient des méthodes de cultures comme l’aquaponie, l’hydroponie, l’aéroponie ou bien la bioponie. Installé dans les quartiers les plus démunis, il pourrait permettre de réduire les dépenses alimentaires des habitants en proposant un panier par semaine de légumes et fruits frais, de développer un circuit court puis de reconnecter l’urbain au végétal. Cette démarche de production locale et durable peut s’inscrire dans un nouveau projet d’écoquartier afin d’expérimenter ces modes de culture. Elle est également complémentaire avec une récolte des eaux pluviales et du recyclage par compostage des déchets verts des habitants.

  35. Mener une vraie politique de protection animale :
    – campagne de stérilisation des animaux errants, concertée entre les services municipaux, les différentes associations qui œuvrent à Châteauroux (même en n’étant pas domiciliées à Chtx), les bénévoles et familles d’accueil locales
    – subventions aux associations qui effectuent un travail d’intérêt public : participation à leur frais vétérinaires (stérilisations, identifications…)

  36. Je propose de densifier les arbres sur notre commune : parc, jardin public, place, voie de circulation et de privilégier les espèces fruitières.

  37. Bonjour, financer une entreprise de méthanisation afin de produire par le recyclage l’énergie de la ville.
    Le savoir faire existant d’autres villes comme Lille ou parc animalier comme Beauval peuvent être des appuis pour l’étude de faisabilité.

Déposer une contribution

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *